Les mots de l’impression sur étoffes

Ce rapide glossaire a pour vocation d’aider à comprendre les savoir-faire des imprimeurs sur étoffes du XIXe siècle, à un moment où la mécanisation et les progrès scientifiques entraînent des modifications importantes. De plus, l’on observe à cette époque une grande mixité entre pratiques artisanales et techniques industrielles.

Les termes indiqués en italique dans les définitions font l’objet d’autres définitions dans cette page. Pour la teinture, voir la rubrique Dictionnaire des outils et procédés de la teinture

A noter que les matières colorantes sont communes à la teinture et à l’impression sur étoffes. Vous les trouverez donc dans la rubrique “Connaître la teinture“.

E

Enlevage : procédé appelé aussi “rongeant” qui consiste à appliquer sur un tissu déjà teint ou imprimé une pâte afin d’enlever à l’étoffe sa couleur. Selon la composition de la pâte, notamment l’emploi d’oxydes métalliques (chrome) ou celui d’un autre colorant résistant au produit rongeant, l’on peut remplacer les fonds teints par une autre couleur. On parle alors d’enlevages colorés. L’enlevage a été pratiqué par les imprimeurs sur étoffes de Mulhouse tout au long du XIXe siècle.

Sur coton teint à la noix de galles : enlevage blanc et enlevage avec un mordant à la cochenille.                        

Enluminure (ou plus rarement Enluminure) : terme emprunté à l’art du livre permettant de désigner les ajouts de matières colorantes sur une étoffe, ajoutés réalisés au pinceau après teinture ou impression de la pièce. Ce procédé a été pratiqué de manière très ponctuelle, pour des détails. Appelé de nos jours pinceautage, cette technique se trouve mentionnée dans les textes des teinturiers du XIXe siècle sous l’expression “couleurs enluminées”.

P

Perrotine : procédé mécanique d’impression portant le nom de son inventeur en 1832, Louis-Jérôme Perrot (1798-1878). Une perrotine est une planche à graver ayant la longueur de la laine et une faible largeur. On en utilise généralement 3 à la fois, correspondant à des couleurs différentes, et placées de telle manière que leur surface soit exactement parallèle à la surface de tissu. Enduites mécaniquement de matière colorante par leur passage dans des bacs spécifiques, ces plaques impriment ensuite le tissu, avant que celui-ci ne progresse pour permettre de répéter l’impression. Ce procédé sera remplacé au cours du XIXe siècle par l’impression au rouleau de cuivre, plus rapide. Plusieurs exemples de machines à la perrotine sont exposées au musée de l’impression sur étoffes de Mulhouse.

Pinceautage : voir enluminure.

Planche : lors de l’introduction de la technique des indiennes en Europe, la planche gravée en relief assure le transfert du mordant puis de la matière colorante sur l’étoffe. La mécanisation et l’industrialisation ont remplacé les planches par l’impression à la perrotine puis au rouleau. Beaucoup de musées textiles conservent une collection de planches.

Exemple de planches d’impression de motifs de palmettes ; Musée de l’impression sur étoffes, Mulhouse. L’incrustation dans le support en bois de picots et de lamelles de laiton permet d’obtenir de très fins dessins.

R

Réserve : procédé le plus ancien d’impression textile et technique longtemps privilégiée pour l’indigo d’origine naturelle que l’on ne peut pas utiliser en pâte d’impression. Le procédé consiste à reporter sur une étoffe les parties d’un dessin dont on ne souhaite pas qu’elles soient teintes. Ces réserves se font notamment à la cire avec un outil spécifique, le “canting”. La cire supportant les températures élevées, l’étoffe peut ensuite être plongée dans un bain de teinture et montée à 90° par exemple. L’indigo nécessitant des températures plus basses, les réserves se font également à l’argile avec de la pâte de riz (Japon).

Canting utilisé pour le batik indonésien : réserve à la cire.

Rongeant : voir enlevage.

Rouleau : l’impression sur étoffes au rouleau repose sur les mêmes principes que l’impression à la planche ou à la perrotine. Les rouleaux constituent les matrices d’impression. Ils sont montés sur des machines qui permettent l’impression de longs métrages d’étoffes en continu.

Musée de l’impression sur étoffes, Mulhouse : machine à rouleau de cuivre du XIXe siècle.

V

Vapeur : Le vaporisage est utilisé afin de fixer les couleurs. Initialement réalisé dans des tonneaux laissant passer la vapeur à leur base, le vaporisage peut aussi être réalisé dans une pièce fermée, dédiée à cet usage et chauffée, équipée de cadres accrochés au plafond permettant de suspendre les étoffes.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search