Innovations

Au moment de la Révolution, l’année 1791 représente une rupture administrative majeure, une série de lois définissant alors de nouvelles règles du jeu économique. Celles-ci se fondent désormais sur deux principes fondamentaux : le respect de la propriété privée et de l’initiative individuelle d’une part, et le droit à la libre entreprise d’autre part. Les lois Allarde, Le Chapelier et Goudard suppriment les corporations ainsi que toute l’ancienne réglementation manufacturière. C’est aussi cette même année que les lois des 7 janvier et 25 mai relatives aux découvertes utiles et aux moyens d’en assurer la propriété à leurs auteurs ouvrent la voie aux inventeurs en reconnaissant leur propriété intellectuelle.

Actuellement conservé par l’Institut national de la propriété industrielle (INPI ; https://www.inpi.fr) créé en 1951, le fonds patrimonial des brevets d’invention du XIXe siècle est une ressource méconnue. Ce sont 410 000 dossiers originaux manuscrits, déposés entre 1791 et 1901, constitués des documents suivants : le certificat de délivrance du brevet, un mémoire descriptif, une ou plusieurs planches de dessins, la correspondance, un état indiquant les pièces contenues dans le dossier, un ou plusieurs certificats d’addition.

Parmi les innombrables domaines couverts par ces innovations, celui de l’industrie des couleurs n’est pas le moins représenté. Si les savoir-faire et les pratiques tinctoriales sont connus depuis longtemps, les techniques se perfectionnent et de nouveaux produits apparaissent à partir de la fin du XVIIIe siècle. Les avancées de la chimie organique et les progrès des moyens de production permettent par ailleurs la création de nouvelles couleurs à l’échelle industrielle. On trouve ainsi dans le fonds le premier brevet français relatif à un colorant de synthèse, la fuchsine, fabriquée à base d’aniline : ce brevet est déposé le 2 février 1858 pour quinze ans par François-Emmanuel Verguin, chimiste (INPI, dossier n° 1BB35297). Il sera exploité par la société Renard Frères et Franc, à Lyon, puis cédé en 1868 à Poirrier et Chappat fils dont les usines sont à Saint-Denis.

L’INPI prépare actuellement la mise en ligne, prévue en 2024, de l’ensemble des brevets déposés entre 1791 et 1901. Nous vous proposerons ici dans les mois à venir des sélections thématiques significatives de l’ingéniosité des inventeurs comme de l’actualité des questions de fabrication et d’utilisation des matières colorantes. 

 

 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search