Bornes chronologiques

Période essentielle de transition entre la culture millénaire des teintures d’origine végétale et animale et le nouvel usage des colorants de synthèse, la période retenue dans un premier temps du programme, soit 1850 à 1914, est en réalité une période d’échanges intenses.

Si la chronologie des grandes découvertes (aniline, alizarine, indigotine) est à peu près établie, la commercialisation des nouveaux colorants n’a pas à ce jour été documentée. Au sein d’un bornage que définit d’une part l’invention en 1856 par W.H. Perkin de la mauvéine ou violet d’aniline, d’autre part l’abandon définitif du pantalon garance par l’Etat-Major des armées françaises à la fin de l’année 1914, de très nombreux colorants de synthèse ont fait l’objet de brevets d’invention.

Il est tout à fait intéressant que ce bornage corresponde pour sa limite haute, à la mise au point par Michel-Eugène Chevreul, chimiste et directeur des teintures à la manufacture royale des Gobelins depuis 1824, du premier de ses dix cercles chromatiques conçus à l’attention des teinturiers et des liciers. Si, à la suite de la datation et de la documentation de l’usage des colorants de synthèse, le programme de recherche permettra d’évaluer l’impact de cette mutation irréversible sur l’évolution du goût vestimentaire, il ouvrira plus largement un questionnement sur l’évolution de la réception de la couleur en France au cours de la seconde moitié du XIXe siècle et au tout début du XXe siècle.