Conférence de Dominique Cardon à Paris le 26 mai 2018

http://www.ifm-paris.com/fr/ifm/mode-luxe-design/conferences-publiques/programme.html

Pour tous les amateurs de teintures ou ceux qui veulent les découvrir. Conférence ouverte à tous, sur inscription sur le site de l’IFM.

Institut Français de la Mode
38 quai d’Austerlitz à Paris, 13e

Mardi 26 juin 2018 de 18 h à 20 h

Voir la fiche présentant Dominique Cardon sur notre carnet, onglet “Equipe”.

 

COSTUMES D’ALSACE étoffes d’un monde

Exposition au musée Alsacien de Strasbourg, jusqu’au 27 août 2018

Alors que le costume n’a bénéficié d’aucune exposition temporaire au musée Alsacien depuis près de quarante années, la nouvelle exposition temporaire du musée, consacrée aux Costumes d’Alsace invite à une redécouverte de ces éléments essentiels du patrimoine alsacien comme du travail de recherche relancé par quelques passionnés.

Le musée Alsacien

Ouvert au public depuis 1907, le Musée Alsacien propose au visiteur de circuler à travers d’anciennes demeures strasbourgeoises reliées par des escaliers et des coursives en bois. Il présente des milliers d’objets témoins de la vie rurale en Alsace au XVIIIe et XIXe siècles : costumes, meubles, céramiques, jouets, imagerie religieuse et profane, etc.
Des reconstitutions d’intérieurs caractéristiques de différents “pays” d’Alsace (plaine agricole, vignoble, montagne vosgienne) et d’ateliers d’artisans jalonnent la visite de ce musée. Plusieurs salles sont des répliques assez fidèles d’intérieurs ruraux, comme celle de la Stùb (pièce commune) d’une ferme de Wintzenheim.

Musée Alsacien de Strasbourg : salle du parcours permanent consacrée aux coiffes alsaciennes.

La collection de costumes du musée

Qu’elle prenne la forme de costume ou de linge de maison (le fameux Kelsch), la production textile est très présente au sein des collections du Musée Alsacien. L’ensemble le plus significatif et évocateur des collections textiles du musée est lié aux costumes régionaux. Coiffes, chapeaux, châles, robes, redingotes, chemises, bas et leurs accessoires représentent plus de 5 000 items, près d’un dixième des collections du musée. Les étoffes sont variées –  lin, chanvre, laine, soie et coton – tout comme les motifs, tissés, brodés ou encore imprimés.
La plupart de ces costumes provient du monde rural et du Bas-Rhin, département où l’industrialisation fut plus tardive et maintint les us et coutumes paysans jusqu’au début du XXe siècle, alors que ces costumes furent collectés notamment par Charles Spindler (1865-1938) et Auguste Kassel (1862-1930).

Exposition “Costumes d’Alsace” : carte des différents milieux naturels alsaciens.

L’exposition temporaire Costumes d’Alsace

Organisée par Anne Wolff et Jean-Luc Neth en collaboration avec l’équipe du musée Alsacien, l’exposition commence dans la première salle du parcours de visite du musée et se poursuit tout au long de ce parcours.

Il convient de souligner la pédagogie des commissaires de l’exposition, qui ne ménagent pas leurs efforts tant pour faire comprendre le lien étroit existant entre un type de costume et un bassin de population s’étant développé dans un milieu naturel, que pour détailler les différentes pièces constituant le costume traditionnel ou expliquer les us et coutumes vestimentaires selon les différentes religions des populations.

Exposition “Costumes d’Alsace” : garde-robe d’une habitante de Mothern, Outre-Forêt.

Certaines pièces exposées sont tout à fait exceptionnelles, comme l’armoire de Marguerite Rock (1907-2003). Mothern est un village catholique situé dans l’Outre-Forêt, au bord du Rhin. Marguerite Ruck fait partie de la dernière génération de femmes ayant porté le costume traditionnel. Sa garde-robe est celle d’une femme catholique célibataire et comprend 62 pièces dont des jupes de fête, des jupes ordinaires, des tabliers, des châles…

Exposition “Costumes d’Alsace” : présentation dans le stub de costumes reflétant la mode du 1er Empire.

La visite de la Stùb est également saisissante, avec cet ensemble de sept mannequins présentant la manière dont les costumes traditionnels ont pu refléter les modes parisiennes et les modes de la cour tout au long du XIXe siècle. Cette présentation donne également à voir la variété des teintes, relativement foncées et donc assez difficiles à reproduire, des étoffes teintes à l’aide de colorants d’origine végétale et animale.

Exposition “Costumes d’Alsace” : droguet (trame lin, chaîne laine) dit bombassin en Alsace.

Au détour de petites pièces se succédant et menant à une autre partie du musée, l’on découvre avec grand intérêt un superbe droguet teint à la garance. Présentant la particularité d’être un mélange de lin et de laine, il est exemplaire du type d’étoffe ayant servi à fabriquer la fameuse jupe rouge des femmes catholiques du Kochersberg et du pays de Hanau. Au cours de la visite, une salle confronte d’ailleurs un mannequin habillé du costume d’une jeune fille catholique avec quelques jupes portées par les femmes protestantes, certaines des étoffes de ces jupes ayant proprement été réalisées à l’aide de colorants de synthèse.

Exposition “Costumes d’Alsace” : jupes de femmes protestantes, Hanau, fin du XIXe siècle.

L’exposition est accompagnée d’un programme d’activités riche en propositions. Une brochure est également disponible. Profitez-en !

Présentant à la fois des pièces provenant du fonds ancien de costumes du musée Alsacien et des pièces de collections particulières, l’exposition COSTUMES D’ALSACE, étoffes d’un monde signe l’engagement du musée Alsacien et de ses partenaires dans un travail de connaissance renouvelée, de conservation et de mise en valeur de l’histoire du costume alsacien.

Aniline et couleurs d’aniline

Les premières matières colorantes artificielles ont presque toutes pour origine le goudron de houille, résidu produit en quantité dès la première moitié du XIXe siècle.

Communément dénommée charbon, la houille est une roche carbonée sédimentaire correspondant à une qualité spécifique de charbon, intermédiaire entre le lignite et l’anthracite (soit 80 à 90 % de carbone). De couleur noirâtre, elle provient de la carbonisation naturelle d’organismes végétaux enfouis et a servi de combustible fossile depuis le Moyen Âge. C’est toutefois son extraction dans les mines qui a rendu possible la révolution industrielle.

Depuis, la houille constitue une des principales sources d’énergie des pays industrialisés. Lesdérivés de la houille, qui constituent ce que l’on appelle le goudron de houille, sont des sous-produits de la distillation de la houille lors de la fabrication du coke métallurgique dans les hauts fourneaux : des vapeurs se déposent sur les parois et forment ensuite un liquide visqueux, le goudron.

Ce goudron comprend de nombreux hydrocarbures, dont de l’aniline, qui est le composé chimique de base de la première génération des colorants de synthèse (1856-1870). A la suite de W. Perkin, les chimistes utilisent l’aniline comme matière première et soumettent empiriquement cette molécule à toutes sortes de réactifs. Ils fabriquent ainsi différents colorants.

Exemples d’inventions successives de colorants de synthèse à base d’aniline : 1856 à Londres : W. H. Perkin → Mauvéine
1858 à Lyon : F. E. Verguin → Fuchsine
1859 à Lyon : J. Persoz → Azuline
1860 à Lyon : Ch. Girard et G. de Laire → Bleus de rosaniline
1861 à Saint-Denis : Ch. Lauth → Violet de Paris
1862 à Londres : A. W. Hofmann → Violet Hofmann
1862 à Paris : J. Lightfoot → Noir d’aniline
1863 à Paris : Ch. Girard et G. de Laire → Brun d’aniline
1866 à Londres : A. W. Hofmann → Violet de méthyle

Repères historiques utiles :

Dans l’histoire des découvertes ayant permis l’invention des composés chimiques organiques (squelette d’atomes de carbone) que sont les colorants de synthèse, trois faits préliminaires sont essentiels :
1825 : M. Faraday (1791-1867), découverte du benzène (ou benzine : C6H6), liquide volatil, incolore et inflammable.
1826 : O. Unverdorben (1806-1873), découverte de l’aniline (C6H5NH2) lors de la distillation sèche de l’indigo sur de la chaux ; la molécule d’aniline est un benzène où un groupe amine (NH2) a remplacé un hydrogène (H).
1842 : J. Leight, découverte que le goudron de houille est une source de benzène.
De plus, ce sont les travaux d’A. W. Hofmann au Royal College of Chemistry de Londres qui aboutissent à la production de benzène et d’aniline à partir de goudron de houille.

Colloque fonds textile, 17-19 mai 2018

programme_prov_colloque_modes_vetements_musees

Pour tous ceux qui s’intéressent au textile, une belle occasion de découvrir et de confronter les problématiques des musées et collections publiques européens de petite et moyenne taille, conservant des collections textiles :

Colloque organisé par le GIS “Apparences, corps et sociétés” et le réseau textile alsacien.

Rendez-vous à Haguenau et Strasbourg les 17, 18 et 19 mai prochains !

Compte rendu de lecture : bleu outremer ; azurage

DELAMARE François, Outremers. Dans les coulisses de l’azurage, Paris, Presses des Mines, 2017, 342 pages

Bien connu des amateurs des Matériaux de la couleur (colorants et pigments), François Delamare est ingénieur, docteur-ès-Sciences Physiques, spécialiste de la réactivité chimique des surfaces des matériaux et ancien directeur de recherche à l’École des mines. Il a consacré deux décennies à étudier le(s) bleu(s) : son ouvrage précédent, paru il y a dix ans chez le même éditeur et intitulé Bleus en poudres, nous narrait les moyens techniques, voire les astuces, inventés puis développés au fil du temps par différentes civilisations pour produire artificiellement cette couleur bleue tant désirée.

Le lecteur retrouve dans le nouvel ouvrage de François Delamare les différents bleus dont il est un très grand connaisseur tels que le bleu égyptien, le cobalt saxon, le bleu de Prusse…, cette fois-ci envisagés du point de vue de l’histoire du bleu outremer. Ainsi, la découverte en Orient du lapis-lazuli puis la recherche durant l’Antiquité de son imitation ne sont en réalité qu’un préambule à l’objet même de l’ouvrage, l'(les) outremer(s) de synthèse. L’auteur l’annonce lui-même dès sa préface : au cœur de ce nouvel opus se niche “une boîte de boules d’outremer Guimet à peine entamée”, qui lui a avait été offerte il y a plus de vingt ans et dont la stridence de la couleur bleue le sidère encore aujourd’hui.

Boîte de 125 grammes de bleu Guimet, vers 1910-1920, coll. part.

Dérivé du lapis-lazuli, l’outremer est un pigment bleu obtenu à partir du IIe siècle avant notre ère et considéré comme parfait et des plus solides. Synonyme d’azur, ce pigment dont le coût a toujours été extrêmement élevé est à l’origine, dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, de la recherche d’un procédé qui permette de l’obtenir artificiellement, c’est-à-dire à l’aide de la synthèse chimique. A partir de 1801, la Society for the encouragement of Arts, Manufactures and Commerce de Londres offre chaque année un prix dont le but est de réussir à fabriquer un outremer artificiel. En France, la Société d’encouragement pour l’Industrie nationale lance en 1824 un concours similaire, dont les clauses sont rédigées par Gay-Lussac. Infructueux, le concours est relancé jusqu’à ce que Jean-Baptiste Guimet le remporte, en 1828. D’après les témoignages des équipes travaillant de nos jours sur les pigments des œuvres conservées dans les musées de France, la réussite du bleu outremer de Guimet est telle que l’identification de l’origine synthétique du pigment nécessite une analyse moléculaire.

L’un des apports importants de François Delamare est, en lien avec le développement de l’entreprise Guimet au-delà du marché circonscrit des couleurs pour artistes, de porter à la connaissance de tous l’azurage, pratique importante dans l’Occident des temps modernes (à partir de 1550) puis a fortiori dans l’Europe industrielle en ce qu’elle permet de traiter afin de la blanchir la couleur légèrement jaune, naturelle et dénommée “écrue”, de la laine et de la soie ou du papier. A la différence de procédés de blanchiment documentés par les manuels de teinture et qui font recours à différents produits chimiques pour décolorer le linge (voir l’article de Didier Terrier sur le lin cité à la fin de ce compte rendu), la fibre textile et le papier, l’azurage est une opération qui colore légèrement en bleu le matériau de façon à en rééquilibrer l’absorption des rayons lumineux. Le matériau coloré est alors d’une teinte grise très légère, nous apparaissant blanche. Pour ce qui concerne les textiles, l’azurage peut être associé au blanchiment et est dans ce cas réalisé après ce dernier.Comme François Delamare l’écrit, “l’histoire de l’azurage du linge reste à écrire” (p. 183) ; la troisième partie de son Outremers, qui nous livre les résultats de ses enquêtes archivistiques et scientifiques, en constitue désormais une brique indispensable et permet de s’initier à l’azurage au smalt, au bleu de Prusse, au carmin d’indigo… et au bleu Guimet, qui se substitua aux bleus utilisés jusque-là dans la blanchisserie et la papeterie..

Bleu Destrée, carte postale publicitaire, coll. part.

L’on regrettera toutefois que l’incursion dans les XXe et XXIe siècles, dix pages seulement, ne constitue qu’un point d’orgue à l’ouvrage. Dans ce dernier chapitre de la quatrième partie de son ouvrage, François Delamare nous décrit à l’aide de faits et de chiffres incontestables la disparition de l’outremer de deux de ses marchés traditionnels, l’azurage du linge domestique et celui du papier. Est toutefois traitée séparément, en annexe II (p. 307-311), la fortune critique considérable de l’outremer à partir de son utilisation monochrome par Yves Klein. 

Outremers propose bien entendu un grand nombre de reproductions précieuses, dont des documents photographiés par l’auteur chez les héritiers Guimet, ainsi qu’une riche bibliographie. L’on signalera en dernier lieu un index des bleus cités dans l’ouvrage, qui se déroule sur 4 pages et demi et comprend 120 entrées, autre manière de voyager dans l’histoire riche et complexe d’une couleur non seulement populaire entre toutes mais qui par son nom nous emporte aussi vers d’inaccessibles lointains.

Cités dans le compte rendu :
DELAMARE François et GUINEAU Bernard, Les matériaux de la couleur, Paris, Gallimard, coll. Découvertes n° 383, 1999
TERRIER Didier, « Du “demi-blanc” au “dernier blanc”. Le blanchiment des toiles de lin dans la France septentrionale au XVIIIe siècle », dans BONNARD Daisy (dir.), Couleur, travail et société, du Moyen Age à nos jours, Paris/Lille, Somogy/Archives départementales du Nord-Centre des archives du monde du travail, 2004, p. 34-41
DELAMARE François, Bleus en poudre. De l’Art à l’Industrie, 5000 ans d’innovations, Paris, Presses des Mines, 2007

Compte rendu de lecture : la maison Worth

TRUBERT-TOLLU Chantal, TETART-VITTU Françoise, MARTIN-HATTEMBERG Jean-Marie, OLIVIERI Fabrice (dir.), La Maison Worth 1858-1954. Naissance de la haute couture, Lausanne, La Bibliothèque des Arts, 2017, 336 pages

Version française d’un ouvrage éponyme publié la même année à Londres par Thames and Hudson, La Maison Worth 1858-1954 frappe d’emblée par son format, un grand in-4°, et l’extrême qualité de ses très nombreuses reproductions en couleurs. Quiconque s’intéresse à la naissance de la haute couture à Paris au cours du troisième quart du XIXe siècle, puis à son essor, n’aura de cesse de disposer de cet ouvrage, qui vient par ailleurs combler un important vide historiographique sur les créations de Charles Frederick Worth (1825-1895), de ses fils Gaston Worth (1853-1924) et Jean-Philippe Worth (1856-1926), puis de la suite de la succession familiale jusqu’à la fermeture de la maison de couture en 1956.

La participation à la direction de cet ouvrage collectif de Françoise Tétart-Vittu, ancienne responsable du cabinet des estampes du musée de la mode de la Ville de Paris/Palais Galliéra, garantit à elle seule de trouver tout au long de la première partie consacrée au fondateur de la maison, qui correspond à la moitié de l’ouvrage (p. 15-173), une iconographie des plus variées comprenant des reproductions d’archives, de photographies, d’objets, d’estampes et de tableaux, comme de griffes de vêtements, de détails textiles et de parures vestimentaires complètes. Dans cette première partie également, des pages encartées commandées à des auteurs extérieurs (Laure Chabanne, Carole Damour, Philippe Thiébaut) permettent d’aborder les sujets essentiels de la clientèle de Worth, des archives de l’un de ses fournisseurs (Tassinari & Chatel) et de la volonté des peintres contemporains de trouver des équivalents picturaux aux couleurs et matières nouvelles.

Si l’on regrettera dans la seconde moitié de l’ouvrage une évocation un peu systématique des différents membres de la maison familiale, qui tend à faire de cette partie une sorte de catalogue des acteurs de la maison, l’on reconnaîtra toutefois qu’à défaut d’une analyse définitive de l’évolution créatrice de la maison, cet ouvrage tant attendu offre la possibilité d’une lecture de la maison Worth dans la longue durée plutôt que comme seule initiatrice de la haute couture parisienne.

Relevant presque 30 ans après le défi lancé par en 1989 au Brooklyn Museum of Art avec l’exposition organisée par sa conservatrice Ann Elizabeth Coleman, The Opulent Era, fashions of Worth, Doucet and Pingat, cette vision renouvelée de la maison Worth nous laisse espérer des publications nouvelles sur la haute couture parisienne, que ce soit sur ses différents protagonistes, ses processus créatifs, ses matériaux, ses modes de diffusion, ou encore ses clientes.

William Henry Perkin (1838-1907) et la mauvéine

Le 12 mars 2018, le moteur de recherche Google agrémenta sa page d’accueil dans les pays anglo-saxons d’une bannière illustrée, doodle, aux couleurs de Sir William Henry Perkin (1838-1907) : le mauve. Célébrant de cette façon le 180ème anniversaire de la naissance du chimiste, l’outil mondial de recherche rappelait également qu’avec la création de la mauvéine, premier colorant de synthèse, la couleur entamait son processus de démocratisation et se répandait comme le suggère le dégradé de mauve baignant les personnages de la bannière.

“180e anniversaire de la naissance de Sir William Henry Perkin”, doodle du 12 mars 2018. ©Sonny Ross, Google. 2018.

Google célébrait également par ce biais le principe de “sérendipité”, principe illustré par les  propositions de réponse qu’il fournit à ses utilisateurs.

En effet, le récit perkinien indique que ce serait le hasard qui aurait conduit le jeune chimiste, âgé en 1853 de 18 ans, à découvrir les propriétés tinctoriales de l’aniline. Travaillant sur la quinine au Royal College of Chemistry de Londres dans le laboratoire du Pr. Hofmann, Perkin obtint en effet, au cours d’une manipulation d’aniline, un résidu formant dans l’eau une solution pourpre.

Teinture d’acétate dite mauvéine. Angleterre, 1905. Science Museum , Londres.

Ce violet d’aniline, premier d’une longue liste de couleurs issues de l’aniline, fit immédiatement l’objet d’un brevet déposé par Perkin, puis de la fondation en 1856 avec son père et son frère aîné à Grennfordgreen près de Londres, de la première usine de production de colorants de synthèse. Dès 1857, cette usine commercialisa la mauvéine et généra grâce à son succès de très importants bénéfices. On rapporte que la Reine Victoria appréciait particulièrement cette teinte violette stridente, tandis que l’Impératrice Eugénie était plus attachée à la teinte lilas.

Jupe et corsage en soie reconnue comme teintée en mauvéine, détail dos. Angleterre, 1862-1863. Science Museum , Londres.

GARFIELD Simon, Mauve. How one man invented a color that changed the world, Londres, Faber and Faber Limited, 2000.

Les archives Perkin forment la « Kirkpatrick Collection », en dépôt au Museum of Science & Industry de Manchester.

Sources : notice du Doodles du 12 mars 2018 https://www.google.com/doodles/sir-william-henry-perkins-180th-birthday  (consulté le 28 mars 2018)