Dictionnaire des outils et procédés de la teinture

Cuillère de teinturier. Aubusson, cité internationale de la tapisserie, fonds Braquenié, inv. 2012.0.5.1

Les termes indiqués en italique dans les définitions font l’objet d’autres définitions dans cette page. Les termes plus spécifiquement liés à l’impression sur étoffes se trouvent dans la rubrique Les mots de l’impression sur étoffes

A

Adjuvant : se dit en teinture de tout produit que l’on ajoute pour renforcer les propriétés existantes, notamment d’un colorant, soit pour en modifier l’action, par exemple dans le cas d’un nuançage après teinture.

B

Barque : nom usuel donné à la cuve de teinture, lorsque celle-ci est assez large et ouverte, ressemblant donc à une barque. Se rencontre fréquemment dans les textes des XVIIIe et XIXe siècles.

Bouillon : voir mordançage. Dans certains manuels et traités, le bain de mordançage est appelé “bouillon”. 

Bruniture : voir nuançage.

C

Champagne ou champaigne : cercle de fer sur lequel sont installées des cordes. Ustensile servant à garder les draps au centre de la cuve tout en évitant qu’ils ne touchent le fond. 

Colorant : un “colorant” est une matière qui colore. Un “colorant” se distingue d’un pigment par le fait qu’il est soluble, et utilisé à l’état de solution, dans son milieu de mise en oeuvre. La très grande majorité des “colorants” sont utilisés à l’état de solution dans l’eau, constituant ainsi le bain ou la cuve de teinture. 

Couperose (verte) : sulfate de fer utilisé pour le nuançage.

D

Débouilli : ce terme se rencontre communément dans les textes des XVIIe et XVIIIe siècles. Le “débouilli” est un test permettant de vérifier la solidité de la teinture. Il permet corollairement de déceler les matières colorantes prohibées par les règlements de la teinture de l’Ancien Régime, telles que le bois de Campêche qui manquait justement de solidité. 

Drogue : terme rencontré dans la plupart des manuels et cahiers de teinturiers, désignant à la fois les colorants et l’ensemble des adjuvants utilisés en teinture. 

E

Engallage : on appelle “engallage” un traitement des fibres préliminaire au mordançage. Le terme provient de la noix de Galles, excroissance du chêne utilisée pour cette opération et destinée à faire virer certaines couleurs au noir, après teinture et nuançage au fer. 

F

Fleurée : la “fleurée” est une écume qui se forme la surface de l’eau, alors que le teinturier monte une cuve d’indigo.

I

Indigon’existant pas à l’état naturel dans la plante mais se développant au cours de l’extraction, “l’indigo” est un pigment. Les plantes à “indigo” les plus connues sont les indigotines (Indigofera sp.) et le pastel (Isatis tinctoria). Toutefois, d’autres ont été largement exploitées ou le sont à nouveau, comme la renouée des teinturiers (Polygonum tinctorium). Le principe colorant de “l’indigo” est l’indigotine. 

M

Mordançage : préparation des fibres à teindre, avant la teinture. Le “mordançage” consiste à plonger les fibres dans une solution à chaud de sels métalliques. Les sels métalliques renforcent les liaisons chimiques se créant au cours de la teinture entre fibres et molécules colorantes. Le “mordançage”  à l’aide de végétaux contenant des tannins se pratique également. Enfin, il n’y a pas de “mordançage” pour les colorants de cuve, tel l’indigo. 

Muriate de soude : expression ancienne désignant une dissolution saturée de sel marin.

N

Nuançage : on désigne par ce terme une modification après teinture de la couleur précédemment obtenue, par trempage supplémentaire dans un bain contenant généralement du fer. Le “nuançage” des jaunes permet d’obtenir des verts olive. Le “nuançage” au fer éteint également les couleurs, les désaturant. Dans les traités des XVIIe et XVIIIe siècles, on rencontre plutôt les termes de bruniture et de couperose

P 

Pigment : les “pigments” sont de fines poudres blanches ou colorées, insolubles ou très peu solubles dans leur milieu de dispersion et d’emploi. Les “pigments” sont utilisés pour leurs caractéristiques optiques dans la préparation des crayons, encres, enduits, pastels, peintures… Leur insolubilité les distingue des colorants. Quelques “pigments” ont été utilisés comme colorants : le bleu de Prusse (en solution dans l’acide oxalique) et surtout l’indigo

R

Rable : le “rable” est un terme que l’on rencontre dans les manuels de teinturiers des XVIIe et XVIIIe siècles. Il s’agit d’un outil servant à pallier et remuer la cuve de pastel. Dans son Art de la teinture des laines (1750), Jean Hellot le décrit en page 67 : “C’est une planche épaisse, arrondie en forme d’un demi-cercle, & emmanchée au bout d’un long bâton.” La suite des 11 planches reproduites dans l’un des volumes de planches accompagnant la publication par Denis Diderot et d’Alembert de leur Encyclopédie, ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers nous en donne en 1772 une représentation (“Teinture des Gobelins”, pl. VII, fig. m). 

Alfred Dauvergne, Manufacture de draps du château du parc à Châteauroux. Vue perspective – côté Sud (détail) ; Châteauroux, archives départementales de l’Indre © Valérie Baud : draps bleus et rouges mis à sécher en rames.

Rame : système d’étendage des draps teints et/ou passés au foulon, constitué de poteaux de bois alignés et maintenus entre eux par des traverses parallèles. Les poteaux et traverses étaient garnis de crochets métalliques permettant de tendre et de donner leurs forme et taille définitives aux draps. 

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search