Aniline et couleurs d’aniline

Les premières matières colorantes artificielles ont presque toutes pour origine le goudron de houille, résidu produit en quantité dès la première moitié du XIXe siècle.

Communément dénommée charbon, la houille est une roche carbonée sédimentaire correspondant à une qualité spécifique de charbon, intermédiaire entre le lignite et l’anthracite (soit 80 à 90 % de carbone). De couleur noirâtre, elle provient de la carbonisation naturelle d’organismes végétaux enfouis et a servi de combustible fossile depuis le Moyen Âge. C’est toutefois son extraction dans les mines qui a rendu possible la révolution industrielle.

Depuis, la houille constitue une des principales sources d’énergie des pays industrialisés. Lesdérivés de la houille, qui constituent ce que l’on appelle le goudron de houille, sont des sous-produits de la distillation de la houille lors de la fabrication du coke métallurgique dans les hauts fourneaux : des vapeurs se déposent sur les parois et forment ensuite un liquide visqueux, le goudron.

Ce goudron comprend de nombreux hydrocarbures, dont de l’aniline, qui est le composé chimique de base de la première génération des colorants de synthèse (1856-1870). A la suite de W. Perkin, les chimistes utilisent l’aniline comme matière première et soumettent empiriquement cette molécule à toutes sortes de réactifs. Ils fabriquent ainsi différents colorants.

Exemples d’inventions successives de colorants de synthèse à base d’aniline : 1856 à Londres : W. H. Perkin → Mauvéine
1858 à Lyon : F. E. Verguin → Fuchsine
1859 à Lyon : J. Persoz → Azuline
1860 à Lyon : Ch. Girard et G. de Laire → Bleus de rosaniline
1861 à Saint-Denis : Ch. Lauth → Violet de Paris
1862 à Londres : A. W. Hofmann → Violet Hofmann
1862 à Paris : J. Lightfoot → Noir d’aniline
1863 à Paris : Ch. Girard et G. de Laire → Brun d’aniline
1866 à Londres : A. W. Hofmann → Violet de méthyle

Repères historiques utiles :

Dans l’histoire des découvertes ayant permis l’invention des composés chimiques organiques (squelette d’atomes de carbone) que sont les colorants de synthèse, trois faits préliminaires sont essentiels :
1825 : M. Faraday (1791-1867), découverte du benzène (ou benzine : C6H6), liquide volatil, incolore et inflammable.
1826 : O. Unverdorben (1806-1873), découverte de l’aniline (C6H5NH2) lors de la distillation sèche de l’indigo sur de la chaux ; la molécule d’aniline est un benzène où un groupe amine (NH2) a remplacé un hydrogène (H).
1842 : J. Leight, découverte que le goudron de houille est une source de benzène.
De plus, ce sont les travaux d’A. W. Hofmann au Royal College of Chemistry de Londres qui aboutissent à la production de benzène et d’aniline à partir de goudron de houille.

William Henry Perkin (1838-1907) et la mauvéine

Le 12 mars 2018, le moteur de recherche Google agrémenta sa page d’accueil dans les pays anglo-saxons d’une bannière illustrée, doodle, aux couleurs de Sir William Henry Perkin (1838-1907) : le mauve. Célébrant de cette façon le 180ème anniversaire de la naissance du chimiste, l’outil mondial de recherche rappelait également qu’avec la création de la mauvéine, premier colorant de synthèse, la couleur entamait son processus de démocratisation et se répandait comme le suggère le dégradé de mauve baignant les personnages de la bannière.

“180e anniversaire de la naissance de Sir William Henry Perkin”, doodle du 12 mars 2018. ©Sonny Ross, Google. 2018.

Google célébrait également par ce biais le principe de “sérendipité”, principe illustré par les  propositions de réponse qu’il fournit à ses utilisateurs.

En effet, le récit perkinien indique que ce serait le hasard qui aurait conduit le jeune chimiste, âgé en 1853 de 18 ans, à découvrir les propriétés tinctoriales de l’aniline. Travaillant sur la quinine au Royal College of Chemistry de Londres dans le laboratoire du Pr. Hofmann, Perkin obtint en effet, au cours d’une manipulation d’aniline, un résidu formant dans l’eau une solution pourpre.

Teinture d’acétate dite mauvéine. Angleterre, 1905. Science Museum , Londres.

Ce violet d’aniline, premier d’une longue liste de couleurs issues de l’aniline, fit immédiatement l’objet d’un brevet déposé par Perkin, puis de la fondation en 1856 avec son père et son frère aîné à Grennfordgreen près de Londres, de la première usine de production de colorants de synthèse. Dès 1857, cette usine commercialisa la mauvéine et généra grâce à son succès de très importants bénéfices. On rapporte que la Reine Victoria appréciait particulièrement cette teinte violette stridente, tandis que l’Impératrice Eugénie était plus attachée à la teinte lilas.

Jupe et corsage en soie reconnue comme teintée en mauvéine, détail dos. Angleterre, 1862-1863. Science Museum , Londres.

GARFIELD Simon, Mauve. How one man invented a color that changed the world, Londres, Faber and Faber Limited, 2000.

Les archives Perkin forment la « Kirkpatrick Collection », en dépôt au Museum of Science & Industry de Manchester.

Sources : notice du Doodles du 12 mars 2018 https://www.google.com/doodles/sir-william-henry-perkins-180th-birthday  (consulté le 28 mars 2018)