Compte rendu de lecture : bleu outremer ; azurage

DELAMARE François, Outremers. Dans les coulisses de l’azurage, Paris, Presses des Mines, 2017, 342 pages

Bien connu des amateurs des Matériaux de la couleur (colorants et pigments), François Delamare est ingénieur, docteur-ès-Sciences Physiques, spécialiste de la réactivité chimique des surfaces des matériaux et ancien directeur de recherche à l’École des mines. Il a consacré deux décennies à étudier le(s) bleu(s) : son ouvrage précédent, paru il y a dix ans chez le même éditeur et intitulé Bleus en poudres, nous narrait les moyens techniques, voire les astuces, inventés puis développés au fil du temps par différentes civilisations pour produire artificiellement cette couleur bleue tant désirée.

Le lecteur retrouve dans le nouvel ouvrage de François Delamare les différents bleus dont il est un très grand connaisseur tels que le bleu égyptien, le cobalt saxon, le bleu de Prusse…, cette fois-ci envisagés du point de vue de l’histoire du bleu outremer. Ainsi, la découverte en Orient du lapis-lazuli puis la recherche durant l’Antiquité de son imitation ne sont en réalité qu’un préambule à l’objet même de l’ouvrage, l'(les) outremer(s) de synthèse. L’auteur l’annonce lui-même dès sa préface : au cœur de ce nouvel opus se niche « une boîte de boules d’outremer Guimet à peine entamée », qui lui a avait été offerte il y a plus de vingt ans et dont la stridence de la couleur bleue le sidère encore aujourd’hui.

Boîte de 125 grammes de bleu Guimet, vers 1910-1920, coll. part.

Dérivé du lapis-lazuli, l’outremer est un pigment bleu obtenu à partir du IIe siècle avant notre ère et considéré comme parfait et des plus solides. Synonyme d’azur, ce pigment dont le coût a toujours été extrêmement élevé est à l’origine, dans les dernières décennies du XVIIIe siècle, de la recherche d’un procédé qui permette de l’obtenir artificiellement, c’est-à-dire à l’aide de la synthèse chimique. A partir de 1801, la Society for the encouragement of Arts, Manufactures and Commerce de Londres offre chaque année un prix dont le but est de réussir à fabriquer un outremer artificiel. En France, la Société d’encouragement pour l’Industrie nationale lance en 1824 un concours similaire, dont les clauses sont rédigées par Gay-Lussac. Infructueux, le concours est relancé jusqu’à ce que Jean-Baptiste Guimet le remporte, en 1828. D’après les témoignages des équipes travaillant de nos jours sur les pigments des œuvres conservées dans les musées de France, la réussite du bleu outremer de Guimet est telle que l’identification de l’origine synthétique du pigment nécessite une analyse moléculaire.

L’un des apports importants de François Delamare est, en lien avec le développement de l’entreprise Guimet au-delà du marché circonscrit des couleurs pour artistes, de porter à la connaissance de tous l’azurage, pratique importante dans l’Occident des temps modernes (à partir de 1550) puis a fortiori dans l’Europe industrielle en ce qu’elle permet de traiter afin de la blanchir la couleur légèrement jaune, naturelle et dénommée « écrue », de la laine et de la soie ou du papier. A la différence de procédés de blanchiment documentés par les manuels de teinture et qui font recours à différents produits chimiques pour décolorer le linge (voir l’article de Didier Terrier sur le lin cité à la fin de ce compte rendu), la fibre textile et le papier, l’azurage est une opération qui colore légèrement en bleu le matériau de façon à en rééquilibrer l’absorption des rayons lumineux. Le matériau coloré est alors d’une teinte grise très légère, nous apparaissant blanche. Pour ce qui concerne les textiles, l’azurage peut être associé au blanchiment et est dans ce cas réalisé après ce dernier.Comme François Delamare l’écrit, « l’histoire de l’azurage du linge reste à écrire » (p. 183) ; la troisième partie de son Outremers, qui nous livre les résultats de ses enquêtes archivistiques et scientifiques, en constitue désormais une brique indispensable et permet de s’initier à l’azurage au smalt, au bleu de Prusse, au carmin d’indigo… et au bleu Guimet, qui se substitua aux bleus utilisés jusque-là dans la blanchisserie et la papeterie..

Bleu Destrée, carte postale publicitaire, coll. part.

L’on regrettera toutefois que l’incursion dans les XXe et XXIe siècles, dix pages seulement, ne constitue qu’un point d’orgue à l’ouvrage. Dans ce dernier chapitre de la quatrième partie de son ouvrage, François Delamare nous décrit à l’aide de faits et de chiffres incontestables la disparition de l’outremer de deux de ses marchés traditionnels, l’azurage du linge domestique et celui du papier. Est toutefois traitée séparément, en annexe II (p. 307-311), la fortune critique considérable de l’outremer à partir de son utilisation monochrome par Yves Klein. 

Outremers propose bien entendu un grand nombre de reproductions précieuses, dont des documents photographiés par l’auteur chez les héritiers Guimet, ainsi qu’une riche bibliographie. L’on signalera en dernier lieu un index des bleus cités dans l’ouvrage, qui se déroule sur 4 pages et demi et comprend 120 entrées, autre manière de voyager dans l’histoire riche et complexe d’une couleur non seulement populaire entre toutes mais qui par son nom nous emporte aussi vers d’inaccessibles lointains.

Cités dans le compte rendu :
DELAMARE François et GUINEAU Bernard, Les matériaux de la couleur, Paris, Gallimard, coll. Découvertes n° 383, 1999
TERRIER Didier, « Du « demi-blanc » au « dernier blanc ». Le blanchiment des toiles de lin dans la France septentrionale au XVIIIe siècle », dans BONNARD Daisy (dir.), Couleur, travail et société, du Moyen Age à nos jours, Paris/Lille, Somogy/Archives départementales du Nord-Centre des archives du monde du travail, 2004, p. 34-41
DELAMARE François, Bleus en poudre. De l’Art à l’Industrie, 5000 ans d’innovations, Paris, Presses des Mines, 2007

Compte rendu de lecture : la maison Worth

TRUBERT-TOLLU Chantal, TETART-VITTU Françoise, MARTIN-HATTEMBERG Jean-Marie, OLIVIERI Fabrice (dir.), La Maison Worth 1858-1954. Naissance de la haute couture, Lausanne, La Bibliothèque des Arts, 2017, 336 pages

Version française d’un ouvrage éponyme publié la même année à Londres par Thames and Hudson, La Maison Worth 1858-1954 frappe d’emblée par son format, un grand in-4°, et l’extrême qualité de ses très nombreuses reproductions en couleurs. Quiconque s’intéresse à la naissance de la haute couture à Paris au cours du troisième quart du XIXe siècle, puis à son essor, n’aura de cesse de disposer de cet ouvrage, qui vient par ailleurs combler un important vide historiographique sur les créations de Charles Frederick Worth (1825-1895), de ses fils Gaston Worth (1853-1924) et Jean-Philippe Worth (1856-1926), puis de la suite de la succession familiale jusqu’à la fermeture de la maison de couture en 1956.

La participation à la direction de cet ouvrage collectif de Françoise Tétart-Vittu, ancienne responsable du cabinet des estampes du musée de la mode de la Ville de Paris/Palais Galliéra, garantit à elle seule de trouver tout au long de la première partie consacrée au fondateur de la maison, qui correspond à la moitié de l’ouvrage (p. 15-173), une iconographie des plus variées comprenant des reproductions d’archives, de photographies, d’objets, d’estampes et de tableaux, comme de griffes de vêtements, de détails textiles et de parures vestimentaires complètes. Dans cette première partie également, des pages encartées commandées à des auteurs extérieurs (Laure Chabanne, Carole Damour, Philippe Thiébaut) permettent d’aborder les sujets essentiels de la clientèle de Worth, des archives de l’un de ses fournisseurs (Tassinari & Chatel) et de la volonté des peintres contemporains de trouver des équivalents picturaux aux couleurs et matières nouvelles.

Si l’on regrettera dans la seconde moitié de l’ouvrage une évocation un peu systématique des différents membres de la maison familiale, qui tend à faire de cette partie une sorte de catalogue des acteurs de la maison, l’on reconnaîtra toutefois qu’à défaut d’une analyse définitive de l’évolution créatrice de la maison, cet ouvrage tant attendu offre la possibilité d’une lecture de la maison Worth dans la longue durée plutôt que comme seule initiatrice de la haute couture parisienne.

Relevant presque 30 ans après le défi lancé par en 1989 au Brooklyn Museum of Art avec l’exposition organisée par sa conservatrice Ann Elizabeth Coleman, The Opulent Era, fashions of Worth, Doucet and Pingat, cette vision renouvelée de la maison Worth nous laisse espérer des publications nouvelles sur la haute couture parisienne, que ce soit sur ses différents protagonistes, ses processus créatifs, ses matériaux, ses modes de diffusion, ou encore ses clientes.