Dynasties : les Gobelin, teinturiers au faubourg Saint-Marcel

Gobelin, Canaye, Koechlin, Dollfus, mais également Dior, Disney, Rothschild ou Ford… Autant de familles industrieuses d’époques et de professions différentes. Pourtant, il est un élément fondateur qui se trouve au cœur de leur réussite : l’importance de la famille. D’un membre fondateur ayant eu une idée de génie et l’envie de s’investir corps et âme dans son projet, sont nées des entreprises fructueuses, soutenues par des familles audacieuses, visionnaires, souvent prolifiques et (plus ou moins) soudées.

Si cette solidarité du groupe n’est plus aussi primordiale aujourd’hui, et si les mariages arrangés entre familles ne semblent plus aussi viscéralement recherchés qu’ils ne l’ont été par le passé, il est intéressant de noter qu’industrie a souvent rimé avec mariages, héritages et dynasties. Pourquoi, et quelles conséquences cela a-t-il eu sur les destinées de ces familles ?

Les artisans célèbres, estampe imprimée chez Pellerin, détail figurant Gilles Gobelin, musée de l’Image d’Epinal, 990.1.760 B ; IV / 242. © musée de l’Image – Ville d’Épinal / cliché E. Erfani.

Michel Hau, au chapitre XV de son ouvrage intitulé L’industrialisation de l’Alsace (1803-1939) publié en 1987, pose les bases du fonctionnement et de la réussite des entrepreneurs alsaciens, et surtout mulhousiens de la fin du XVIIIe siècle au début du XXe siècle. Bien que caractéristiques d’un moment et d’une région en particulier, ces éléments présentent des points communs avec des dynasties d’époques antérieures. Premier point essentiel, la longévité de ces familles, s’imposant ainsi sur plusieurs générations et se donnant le temps de progresser. Ensuite, la solidarité familiale joue un rôle crucial : un nombre important d’enfants, placés sous l’autorité d’un père qui leur apprend son métier et choisi leurs partenaires de vie, afin de favoriser les familles pouvant soutenir ou renforcer l’entreprise familiale.

L’une des familles les plus connues dans le domaine du textile est celle des Gobelin. Appartenant en réalité aux XVe et XVIe siècles, donc à une époque antérieure à la révolution industrielle, elle offre pourtant déjà les caractéristiques d’une véritable dynastie. Son fondateur, Jean Gobelin, semble s’être installé comme teinturier au cœur du faubourg Saint-Marcel vers 1450. Au siècle suivant, ce premier atelier de taille sans doute modeste s’est agrandi ; ce développement se poursuivra encore plus d’un siècle, jusqu’au rachat de l’ensemble des propriétés de la famille par la Couronne en 1662, afin d’y installer la manufacture des Gobelins.

Arbre généalogique simplifié de la famille Gobelin.

Même si les Gobelin ont œuvré bien loin de l’Alsace du XIXe siècle, cette famille semble bien être une dynastie au sens où Michel Hau l’entend : une famille dont l’influence s’est étendue au fil des générations, notamment grâce à une forte solidarité ainsi qu’à des alliances professionnelles et matrimoniales. En effet, Jean Gobelin dit le père (parfois appelé Gilles) et son épouse Perrette eurent 13 enfants dont certains, tels que Philibert ou Jean l’aîné, embrassèrent également la profession de teinturier. La famille Gobelin était fort reconnue, et est restée à la postérité en tant que spécialiste de l’écarlate, dont le fondateur possédait le secret. La maîtrise de la teinture en rouge posait en effet problème aux praticiens et a fait l’objet de nombreux traités tel que le Teinturier parfait. Ce secret fit d’ailleurs couler beaucoup d’encre puisque Jean Gobelin l’aurait obtenu d’un pacte avec le diable. La formation des jeunes garçons dû donc être laissée aux soins du chef de famille et d’atelier, afin que les secrets de fabrication soient conservés et servent la prospérité de l’entreprise.

Le propre d’une dynastie est toutefois de perdurer dans le temps, tout en étendant son influence. Ainsi quelques années plus tard, Philibert eu à son tour des enfants parmi lesquels Jean le jeune et François, teinturiers pour la troisième génération. De son union avec Geneviève Le Bossu, François eu un fils et un petit-fils portant également ce prénom et exerçant le métier de teinturier au faubourg Saint-Marcel. François, le petit-fils, épousa ensuite Geneviève Canaye, fille de Pierre Canaye. Les Canaye étaient une autre dynastie de teinturiers, œuvrant également au sein du faubourg Saint-Marcel. Ils eurent 9 enfants, dont trois des garçons devinrent à leur tour teinturiers, quand une de leurs filles, Suzanne, épousa Paul Chenevix, marchand drapier lié à la famille Gobelin.

Les mariages endogames, c’est-à-dire au sein des différentes familles pratiquant le même métier dans une aire géographique limitée, étaient fort recherchés et sont un trait marquant des dynasties. Dès la fin du XVe siècle, l’union de Mathurine Gobelin, fille de Jean Gobelin le père, avec Séverin Canaye, teinturier à Saint-Marcel illustre cette idée. Leur fils Jean Canaye, travaillant avec son père, épousa ensuite sa cousine Marguerite Gobelin, fille de François Gobelin et Geneviève Le Bossu. Ces alliances, préparées par les pères de familles, pouvaient avoir plusieurs objectifs. Il s’agissait d’abord de renforcer l’entreprise et de faciliter les collaborations entre les familles. Une fois un mariage conclu, les procédés pouvaient être échangés voire améliorés. Le second avantage, non négligeable de telles alliances, était celui de conserver l’argent de la dot de l’épouse afin de le réinvestir dans l’entreprise familiale.

Au fil des générations, la dynastie Gobelin se renforça. Elle donna naissance, d’une part, à plusieurs lignées de teinturiers reconnus et dont les ateliers prospérèrent. Les archives de l’époque, notamment étudiées par Jean-François Belhoste, illustrent le succès et l’enrichissement de la famille. Petit à petit, les acquisitions immobilières se multiplièrent. Le premier atelier sans doute modeste dit « maison d’en bas » fut étendu par un quai sur la Bièvre puis par un nouvel atelier dit « maison d’en haut » en 1525. Plus tard, la renommée et savoir-faire de ces praticiens incitèrent la Couronne à conserver leur nom et à en faire la marque de fabrique de leur manufacture royale de meubles dite manufacture des Gobelins.

Enfin, et au-delà des murs de l’atelier, la force dégagée par la dynastie Gobelin a également permis à certains de ses membres de changer de mode de vie. Jean Gobelin dit l’Aîné, fils du fondateur, était teinturier mais reçut également la charge de « seigneur de la Tour, conseiller et secrétaire du Roy ». Parmi ses successeurs indirects se trouvèrent ensuite un contrôleur général des rentes de l’Hôtel de Ville de Paris ainsi que des membres de la Chambre des Comptes. 

Bibliographie

Jean-François Belhoste, « La maison, la fabrique et la ville. L’industrie du drap fin en France (XVe – XVIIIe siècle s) – V- Les teintureries du quartier des Gobelins », p. 464-475, dans Histoire, économie et société, 1994, tome 13, no 3.

Jules Guiffrey, « Les Gobelin, teinturiers en écarlate au faubourg Saint-Marcel » dans Mémoires de la Société de l’histoire de Paris et de l’Ile-de-France, 1904, p. 2.

Jules Guiffrey, Les Gobelins et Beauvais : les manufactures nationales de tapisseries, Paris, H. Laurens, 1908, p. 5.

Michel Hau, L’industrialisation de l’Alsace (1803-1939), imprimerie Louis-Jean, Gap, 1987.

Société de l’histoire du protestantisme français, « Les deux temples de l’église réformée de Paris sous l’édit de Nantes. II. Le temple de Charenton 1606-1685 », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français : documents historiques inédits et originaux, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1856, p. 490-493.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search