L’art de la laine dans les Alpes du Sud

Dominique Lucchini, L’art de la laine dans les Alpes du Sud. Péone, Val de Blore, Hautes vallées du Var & de la Tinée, XIVe-XXe siècle, 2022, 350 pages

Se lisant comme un roman, depuis la présentation des cheptels de moutons attestés dans les Alpes du Sud à l’époque moderne, jusqu’à celle des usages des draps de laine tissés (couvertures en sergé, besaces, sacs à graine, capes), cet ouvrage est le fruit d’une enquête historique, archivistique et textile menée en dix ans par Dominique Lucchini à la suite de la découverte de couvertures anciennes dans la grange d’une voisine.

L’iconographie de l’ouvrage est riche et variée : documents d’archives, textiles, objets, photographies conservées dans les familles. L’ensemble est finement assemblé et répond aux enquêtes orales menées auprès des habitants, dont des extraits émaillent la lecture.

Famille Baudin, vers 1940 : Sophie porte pour les travaux des champs une jupe rayée en droguet (chaîne en chanvre, trame en laine).

Cet ouvrage restera dans l’historiographie pour deux raisons essentielles.

La première est l’exemple que ce livre donne, à l’échelle d’un territoire cohérent et défini en page 18, de l’incroyable permanence des pratiques liées à la laine depuis le XIVe siècle jusqu’au milieu du XXe siècle. Inhérente à cette continuité historique est la transmission de ces savoirs : élevage, tonte, lavage et filage, tissage, foulon, teinture. Or, au gré des territoires et bassins de vie souvent isolés ou reculés, nombre de sciences et de techniques vernaculaires (arts du bâti, métiers, croyances…) se sont maintenues et poursuivies dans le sein de la France contemporaine. Ainsi, les uns et les autres, nous ne pouvons qu’être profondément touchés et intéressés par ce récit, capable de résonner dans nos propres territoires et activités.

Carte reproduite en page 18 montrant en orangé le terrain de l’enquête.

La seconde raison du caractère infiniment précieux de cet ouvrage est de nous apporter un témoignage documenté d’un schéma de production en grande partie lié à une zone de chalandise locale, composé des familles habitant les mêmes écarts, le même village ou des villages assez proches les uns des autres. Par ailleurs, les hommes et femmes des familles de cette micro-région participent eux-mêmes à l’une ou l’autre des tâches de cette production. François-Emmanuel Fodéré, qui effectua l’une de ces enquêtes territoriales très complètes menées sous l’Empire sur les laines locales, et qui publia en 1821 un Voyage aux Alpes-Maritimes, témoigne par exemple que “les draps sont teints en pièce sur le lieu même où on les travaille”.

Couverture de chanvre (chaîne) et de laine (trame) ; écomusée de la Roudoule.

Pour ce qui concerne la teinture enfin, l’intérêt de cette publication est de se fonder sur les trois livres de comptes des teinturiers Antoine et son fils Joseph Jaubert, qui couvrent une soixantaine d’années, de 1785 à 1850 environ. Ce type de manuscrits est particulièrement intéressant quant il est mis en relation avec les autres livres de comptes retrouvés sur ce territoire, celui de Lin Blaï Bellieud, tisserand (1858-1869), et celui de Pierre Paul Clary, foulonnier (1788-1803). L’auteur précise bien que la teinture ne concerne qu’une très faible partie de la production textile, la majorité des draps tissés reflétant les couleurs naturelles des toisons, soit écru, gris et roux. Néanmoins, la liste des couleurs obtenues est précieuse, que l’on aimerait comparer à celle d’une autre micro-région : prune, garance, noisette, olive, grise, verde, rouge, noir, demi-garance, or, bleu, violet café. En page 238, un graphique issu de la saisie des termes de couleurs des trois livres de comptes des Jaubert permet d’en imaginer l’importance entre 1780 et 1850.

Couverture, sergé ; Val de Blore, fin XVIIIe-début XIXe siècle.

Invitation au voyage dans les Alpes du Sud sur les traces de la laine, le livre de Dominique Lucchini est un outil indispensable à la protection d’un patrimoine textile qu’il nous faut respecter et reconnaître, conserver avec soin et partager avec le plus grand nombre, au plus proche des bassins de vie qui l’a vu se développer et perdurer.



Citer ce billet
Marie-Anne Sarda (2023, 2 mai). L’art de la laine dans les Alpes du Sud. Colorants et textiles au fil du temps. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n0q8

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search