Nouvel ouvrage de Dominique Cardon : les 157 couleurs de Paul Gout

Dominique Cardon, Iris Brémaud, Les 157 couleurs de Paul Gout, Vieilles racines et jeunes pousses, 2022, 152 pages. 

Bien connue et reconnue par les historiens et praticiens de la teinture naturelle, Dominique Cardon ajoute un nouvel opus à sa longue bibliographie et à notre bibliothèque. Tout en s’appuyant sur l’une de ses publications antérieures, Mémoires de teinture. Voyage dans le temps chez un maître des couleurs (Paris, CNRS Editions, 2013), Dominique nous offre avec Les 157 couleurs de Paul Gout un nouvel outil de travail, enrichi et ayant une finalité pratique.

Dégrés de l’échelle des bleus de Paul Gout, p. 41 du manuscrit “Mémoires de teinture“.

Les recherches menées pour la publication de 2013 ont permis à Dominique Cardon de dater ces mémoires de 1762 et 1763 et de restituer leur auteur : Paul Gout, directeur de la manufacture royale de draps de laine de Bize, en Minervois, dans l’ancienne province du Languedoc, à une vingtaine de kilomètres au nord de Narbonne. Le manuscrit original est en réalité constitué de 4 textes écrits et réunis par Paul Gout, dont deux comportent des échantillons (collection particulière).

Lodève, usine Teisserenc-Vissecq : cuves à indigo, début du XXe siècle.

Né vers 1725, Paul Gout est originaire de Carcassonne. Il se forme auprès des Pinel, riche famille de drapiers et de négociants, comptant notamment François Pinet qui dirige de 1747 à 1754 la manufacture royale des Ayres à Saint-Chinian. A son départ, il y laisse Paul Gout, qu’il avait pris en tant que commis, seul à la tête de la manufacture. A Saint-Chinian, Gout fait notamment la connaissance du teinturier Antoine Janot. Dès 1757, on retrouve Paul Gout à Bize, où Germain Pinel lui confie la direction de la manufacture royale dont il est propriétaire.

Bâtiment principal de l’ancienne manufacture royale de Bize-en-Minervois, sur la rivière Cesse.

A Bize, le teinturier est Etienne Janot, cadet d’Antoine. Au fil des années, Gout réussit particulièrement bien en tant qu’entrepreneur et fait croître le niveau d’activité de la manufacture. C’est peut-être en lien avec la naissance des ses deux fils en 1761 et 1763, ses potentiels successeurs, qu’il entreprend en 1762 l’écrite de ces quatre mémoires de teinture.

Conçu comme un cahier de couleurs à destination des créateurs d’aujourd’hui, 157 échantillons provenant du manuscrit original ont fait l’objet de mesures colorimétriques complètes réalisées par Iris Brémaud. Ces mesures permettent de situer objectivement ces couleurs dans l’espace colorimétrique CIELab et de les comparer à celles précédemment réalisées dans les mêmes conditions sur les manuscrits de Janot (Le cahier de couleurs d’Antoine Janot). Dans le même temps, l’on découvre la composition de chaque couleur soit les drogues entrant dans sa composition et les principales opérations successives, les recettes complètes et les considérations de l’auteur ayant été transcrites dans l’ouvrage de 2013. Pour l’historien en particulier, le nom de chacune de ces couleurs comme “agriotte”, “perroquet”, “soupevin”, est infiniment précieux, tant il permet à la fois de relier ce manuel de teintures aux textes réglementaires régissant la teinture des manufactures royales au XVIIIe siècle, de s’en approprier la juste place dans l’espace des couleurs et d’en constater l’évolution entre la première et la seconde moitié du siècle. Cette présentation synthétique des 157 couleurs de Paul Gout occupe 50 des pages de l’ouvrage, s’égrenant au fur et à mesure de leur ordre dans le manuscrit source, qui est celui établi en 1761 par Colbert : les bleus, rouges, jaunes et verts, fauves, noirs.

Dans la dernière partie, dont Dominique Cardon propose qu’il s’agit d’une partie plus personnelle, sorte de carnet d’expériences de Paul Gout, les couleurs sont données dans un ordre différent, plus aléatoire. Dominique nous propose à cette occasion 2 schémas de production des pourpres, violets et verts, qui sont d’une grande utilité (p. 116). Il s’agit en effet de couleurs composées, dont l’obtention nécessite une certaine maîtrise de l’art de la teinture. Les premières ont de tous temps été des couleurs précieuses, synonymes de pouvoir. Leur réalisation requiert soit un pied de bleu, de différentes nuances, suivi d’un mordançage et d’une teinture à la cochenille, soit d’un mordançage et d’une teinture à la cochenille suivie d’une bruniture. Le schéma explicite la succession des opérations mais met également en valeur le recyclage possible des bains de mordançage et de teinture, problématique de gestion de la ressource en eau bien connue des teinturiers et qui résonne particulièrement dans le monde d’aujourd’hui. 

Trentanel, Daphne gnidium L. Aquarelle de Jacky Jousson, p. 74. Arbuste des garrigues méditerranéennes, le trentanel est utilisé par Paul Gout.

Les 157 couleurs de Paul Gout constitue le deuxième ouvrage de la collection créée en 2020 par Dominique Cardon et intitulée “Cahiers de couleurs d’autrefois”. Après Antoine Janot et Paul Gout, c’est donc avec impatience que, nombreux, nous attendons la parution du prochain volume prévu par Dominique Cardon. Davantage que de reconstituer les recettes passées, tant les conditions de teinture ont changé depuis le XVIIIe siècle, ces cahiers de couleurs sont une opportunité qui nous est offerte d’enrichir notre vision des couleurs. La variété et les harmonies issues des couleurs naturelles sont d’une qualité exceptionnelle, qualité perdue à l’issue de 150 années de teintures de synthèse, d’évolutions chimiques et commerciales diverses comme de réglementations nécessairement restrictives. Avec Antoine Janot et Paul Gout et grâce au travail de Dominique Cardon et d’Iris Brémaud, nous plongeons avec bonheur et à nouveau dans la couleur et son épaisseur historique. Puisse cette aventure chromatique se prolonger avec d’autres teinturiers !



Citer ce billet
Marie-Anne Sarda (2023, 28 mars). Nouvel ouvrage de Dominique Cardon : les 157 couleurs de Paul Gout. Colorants et textiles au fil du temps. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n0q7

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search