Les frères Monet et la couleur

Exposition “Léon Monet, frère de l’artiste et collectionneur” : musée du Luxembourg, Paris, 15 mars au 16 juillet 2023. Commissariat scientifique : Géraldine Lefebvre, docteure en histoire de l’Art.

Léon Monet naît en 1836 à Paris, quatre ans avant Claude. En 1845, les affaires de leur père, Adolphe Monet, négociant, sont peu florissantes et la famille s’installe dans la ville du Havre, deuxième port français. Les deux frères grandissent ainsi en Normandie où ils se retrouveront plus tard lors de nombreux étés passés chez leur tante Lecadre à Sainte-Adresse. Dans un premier temps, leurs carrières prennent des directions différentes.

Ayant étudié la chimie, Léon Monet est recruté en 1869 comme représentant de commerce d’une société suisse de produits chimiques, J. Rod, Geigy & Cie, qui vient d’ouvrir une succursale à Déville-lès-Rouen. La Normandie, terre de textile et notamment des cotonnades imprimées, est en effet un territoire de choix pour implanter et développer le commerce des colorants, qui subit avec la commercialisation des colorants de synthèse à partir des années 1860 une profonde mutation. Marié depuis 1865, Léon Monet mène bientôt une vie confortable au sein d’un réseau de sociabilité établi, comptant notables et industriels rouennais.

J. Rod, Geigy & Cie, fabrique de couleurs d’aniline et d’extraits, affiche, 1901 ; Bâle, collection Novartis International AG. Affiche présentée dans l’exposition.

Dès le milieu des années 1850, Claude montre de grandes dispositions pour le dessin. Après le décès de Mme Monet en 1857, la tante Lecadre l’encourage dans cette voie. Claude Monet rencontre alors Eugène Boudin, qui l’initie à la peinture de paysage. Il entre en 1859 à l’Académie Suisse à Paris, pour y étudier la peinture. En 1862, il intègre l’atelier de Gleyre qui compte déjà Frédéric Bazille, Auguste Renoir et Alfred Sisley. En 1867, il est refusé au Salon (Femmes au jardin, Paris, Musée d’Orsay). Il vit avec sa compagne et modèle Camille Doncieux et leur fils dans des conditions difficiles.

Claude Monet (1840-1926), Adolphe Monet lisant dans un jardin, 1867 ; huile sur toile, 81 x 99 cm ; collection particulière (ancienne collection Léon Monet)

Nous retrouvons les frères Monet en 1872. Alors que Claude Monet achève la toile fondatrice de l’impressionnisme, un paysage intitulé Impression soleil levant (Paris, musée Marmottan), Léon Monet est l’un des instigateurs de la fondation de la Société industrielle de Rouen. Peu après, il acquiert des toiles de son frère, dont Fleurs de printemps (1864 ; Cleveland Museum of Art) ou Adolphe Monet lisant dans un jardin (1867 ; collection particulière), deux oeuvres présentées dans l’exposition. Egalement présenté, le portrait presque sur le vif que Claude peint de son frère Léon durant ces années (1874 ; collection particulière) est un témoignage émouvant de l’affection profonde qui unit les deux frères.

Aux côtés de peintures et de dessins de Monet, Morisot, Sisley, Pissarro et Renoir que Léon Monet a possédés, cette exposition inédite présente également en un espace intitulé “la cuisine des couleurs” des livres de couleurs, des échantillons de tissus, des estampes japonaises, des photographies et des documents d’archives. Inscrivant définitivement Léon Monet dans la biographie de son frère Claude, l’exposition montre l’intérêt partagé des deux frères pour la couleur et pose la difficile question de leurs échanges sur cette composante essentielle de leurs travaux respectifs.

Impressionnisme et couleurs

Comme le rappelle Georges Roque dans le catalogue de l’exposition, l’impressionnisme est considéré comme le mouvement pictural fondateur du modernisme en peinture, notamment eu égard à son usage de la matière colorante déconnecté de la couleur locale, c’est à dire de la couleur des objets telle que nous la percevons. Ce sont donc les jeux des couleurs les unes par rapport aux autres sur la toile qui priment sur le rapport individuel de chaque touche de couleur à la réalité. L’avènement des colorants de synthèse, revendiqué à juste titre par les chimistes contemporains comme un progrès scientifique capital, participe à ce contexte avant-gardiste ; de plus, la presse spécialisée fait des nouvelles couleurs d’aniline un atout du vestiaire féminin pour être à la mode. Or, les peintres impressionnistes étaient particulièrement à l’écoute des recherches sur l’optique physiologique de l’époque et, dans ce contexte, de l’importance de la couleur dans la perception visuelle (voir à ce sujet la Grammaire des arts du dessin de Charles Blanc, publiée en 1867, qui comporte un chapitre consacré à la couleur inspiré en partie par les travaux de Chevreul, chimiste et directeur de l’atelier de teinture de la manufacture des Gobelins).

La commercialisation des couleurs de synthèse

Après l’invention en 1856 par l’anglais William Henry Perkin du premier colorant de synthèse, de couleur mauve, et celle en 1858 par le français François-Emmanuel Verguin d’un rouge de synthèse bientôt dénommé magenta, les années 1860 voient le dépôt de nombreux brevets pour des rouges et violets de synthèse ainsi que leur commercialisation. Ces premiers colorants de synthèse, produits à partir de l’aniline par traitement chimique du benzène, un hydrocarbure issu du goudron de houille, ont entraîné non seulement le travail des chimistes sur la création par la synthèse de bleus, verts et noirs, mais aussi le souhait de poursuivre dans l’exploration des colorants naturels et la reproduction de leurs molécules colorantes par la chimie de synthèse. En résulte dès 1869 la découverte de la synthèse de l’alizarine (rouge), cette fois-ci à base d’anthracène, un autre hydrocarbure tiré du goudron de houille. Or c’est bien la commercialisation massive et organisée par les industriels allemands de l’alizarine qui déterminera, de manière irréversible, l’abandon de l’un des colorants naturels les plus importants, la garance.

Registre d’essais de teinture d’Emile Blondel (1852-1940), chimiste teinturier normand ; Elbeuf, Fabrique des savoirs, MICV 98.4.71. La page sélectionnée, datée de juillet 1883, concerne le Bleu solide commercialisé par Geigy, l’auteur mentionnant le fait que cette couleur lui a été remise par Léon Monet. Ce registre est présenté dans l’exposition.

Pour ce qui concerne les frères Monet, il est important de comprendre les différences existant entre les deux familles de la couleur, colorants et pigments. Solubles dans leur milieu d’emploi, majoritairement l’eau, les colorants sont rendus solides à la lumière et à l’eau lors du procédé de la teinture, qui consiste en des réactions chimiques permettant la création de nouvelles liaisons entre colorants et fibres textiles. Les pigments utilisés en peinture sont au contraire insolubles dans leur milieu d’emploi : dispersés à l’aide d’un liant, ils constituent des couches picturales qui se superposent les unes aux autres. Différents d’un point de vue physico-chimique, les colorants et pigments relèvent également de champs d’activité séparés. Les colorants sont employés dans le textile, qui constitue en Occident depuis le Moyen Age une économie essentielle. Cette dernière est renforcée au XIXe siècle par la révolution industrielle et la démocratisation des produits textiles teints et imprimés. L’entreprise suisse au développement de laquelle Léon Monet contribue et dont il est nommé en 1891 directeur pour son nouveau site de production normand, J. Rod, Geigy & Cie, est l’un des acteurs de la commercialisation des couleurs d’aniline puis des alizarines. Toutefois, cette entreprise a continué jusque dans la première moitié du XXe siècle à produire et à vendre des colorants naturels sous forme d’extraits, notamment pour tous les bois de teinture.

De la même manière que lorsqu’à la Renaissance la cochenille étaient précipitée pour pouvoir être utilisée comme pigment pour la peinture, les apports de la chimie de synthèse sont également venus, à partir des années 1860, élargir la palette des peintres par des couleurs. Ces dernières sont d’abord apparues, comme le magenta, plus éclatantes et brillantes. Elles se sont ensuite réorganisées les unes par rapport aux autres, au fur et à mesure du remplacement des pigments d’origine minérale par les pigments de synthèse, proposant bientôt de nouvelles harmonies colorées.

“Je me sers de blanc d’argent, jaune cadmium, vermillon, garance foncée, bleu de cobalt, vert émeraude, et c’est tout.” (lettre de Claude Monet à son marchand Paul Durand-Ruel, Giverny, 3 juillet 1905)

Palette impressionniste telle que reconstituée par la National Gallery de Londres à partir des analyses des pigments ; publiée par David Bomford en 1990.

Alors qu’elle préparait cette exposition, Géraldine Lefebvre, sa commissaire scientifique, m’écrivait en novembre 2020 : “Concernant la question que vous évoquez des liens à établir entre les nouvelles couleurs d’aniline sur lesquelles Léon Monet travaillait et les évolutions de la palette de Claude Monet, elle est au cœur de ma recherche, d’une section centrale de l’exposition et du catalogue.” L’exposition montre qu’il est difficile de répondre à cette question, d’une part parce que rien n’atteste d’échanges entre les deux frères sur ce point, d’autre part en raison du très petit nombre d’écrits sur la couleur de Claude Monet.

Comme les études en cours sur les pratiques tinctoriales durant la seconde moitié du XIXe siècle le montrent, loin de se substituer automatiquement les unes aux autres, les matières colorantes naturelles et synthétiques ont en réalité coexisté dans les ateliers pendant cette période de transition. En ce qui concerne les pigments, le catalogue de l’exposition nous indique que les analyses les plus récentes menées par les laboratoires des musées sur les oeuvres de Claude Monet montrent que l’emploi par le peintre du violet de cobalt de synthèse ne s’est généralisé qu’à la toute fin du XIXe siècle. Si la question posée reste donc ouverte, l’on ne peut que souhaiter qu’analyses et études se poursuivent afin de connaître de manière plus intime la matérialité des couleurs de la seconde moitié du XIXe siècle et de continuer à tisser les passerelles ayant existé entre teinture et peinture.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Marie-Anne Sarda (15 février 2023). Les frères Monet et la couleur. Colorants et textiles au fil du temps. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/n0q4


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search