L’étoffe des Flamands. Mode et peinture au XVIIe siècle

Marine. Un port hollandais (détail). Pays-Bas du Nord, fin du XVIIe siècle, huile sur toile ; Le Mans, musée de Tessé, inv. 10.200.

Quelles sont nos attentes face à ce titre d’exposition et à son catalogue ? Une découverte d’abord : découverte du costume flamand et hollandais du XVIIe siècle, que nous nous représentons tous grâce aux portraits individuels et de groupe commandés par une société néerlandaise consciente de son pouvoir et de ses richesses, et souhaitant en faire montre. Une exploration ensuite des collections nordiques méconnues, support de cette exposition inédite. Une réflexion enfin, sur ce que peinture et habit disent ou ne disent pas respectivement l’un de l’autre. L’exposition L’Etoffe des Flamands. Mode et peinture au XVIIe siècle et son catalogue associé répondent à toutes ces attentes. Découvrons-la. 

Paire de gants de mariée de Cornelia Fagel qui se maria le 15 février 1637, cuir, broderies de fils de soie, cannelles, perles et fil guipé dorés ; Amsterdam, Amsterdam Muséum, inv. KA 15684.1-2.

Placée sous le commissariat scientifique d’Alexandra Bosc, conservatrice du patrimoine spécialiste de la mode et du costume, cette exposition, organisée par le musée du Mans du 22 octobre 2022 au 29 janvier 2023, a rassemblé 148 oeuvres et artefacts sur la totalité du premier étage du musée de Tessé. Ponctué d’une série de panneaux extrêmement utiles, courts et très informatifs, le parcours de l’exposition nous a présenté non seulement le vestiaire des Pays-Bas de la première moitié du siècle, où le noir et blanc prédominent, mais aussi celui qui apparaît vers 1645, “à la française”, coloré et riche en garnitures telles que des bouclettes de rubans disposées par paquets. 

Facture comportant 8 échantillons de draps de laine de Leyde, 1688 ; Leyde, Museum De Lakenhal, inv. 1671.

Le parti pris essentiel de “L’étoffe des flamands” a été de ne pas isoler le costume nordique du XVIIe siècle dans une étude strictement formelle mais bien plutôt de le situer dans un contexte large : technique, économique et social. Cette volonté historiographique se traduit concrètement par une mise en valeur des économies et industries textiles des provinces du Nord au XVIIe siècle : drap de laine de Leyde, lin blanchi sur pré et art de la dentelle. Confrontées à des oeuvres picturales et graphiques représentant des armateurs, marchands, banquiers, les pièces textiles présentées dans l’exposition et qui font l’objet de prêts exceptionnels compte tenu de leur rareté, jouent pleinement leur rôle grâce à leur matérialité. Aux côtés de ces textiles historiques, plusieurs reconstitutions de vêtements complets évoquent avec succès leur volumétrie particulière et nous permet de mieux appréhender les représentations picturales. Un petit regret malgré tout : le fait que les reconstitutions, notamment les draps de laine noirs, n’aient semble-t-il pas été teints avec des matières naturelles, comme à l’époque. 

Reconstitutions de costumes hollandais tels que la bourgeoisie urbaine en portait vers 1625, laine et lin ; réalisation Sébastien Passot-Le Tailleur Sincère. En vis-à-vis : Pieter Soutman, Portrait de la famille Beresteyn, vers 1630-1631, huile sur toile ; Paris, Musée du Louvre, inv. RF 426.

Les oeuvres picturales et graphiques présentées, notamment les collections nordiques des musées d’Angers, du Mans et de Tours présentées dans le catalogue par Vincent Lamouraux, conservateur du patrimoine, ont été choisies avec soin. Elles documentent très précisément les qualités de finesse et d’aboutissement du drap noir par exemple, dont la commissaire scientifique rappelle combien son obtention en teinture naturelle est complexe. C’est en effet à l’aide d’un engallage préliminaire puis de teintures successives en rouge sur un pied de bleu, puis encore de nuançage à l’aide de sels métalliques que l’on obtenait ce noir profond, prisé à la cour de Bourgogne dès le XVe siècle. Le rendu pictural de la fraise, accessoire exceptionnel de la première moitié du XVIIe siècle, est également bien présent dans l’exposition grâce à ses représentations peintes, qui rivalisent de virtuosités avec les originaux textiles. En outre, un certain nombre d’œuvres racontent l’art prestigieux de la dentelle flamande, dont Colbert interdit l’importation en France. Les jeux de transparence et de superposition d’étoffes dentelées, renforcées par l’art du glacis, illustrent à merveille ce savoir-faire d’exception. 

Werner van den Valckert, Portrait d’une homme âgé de 32 ans tenant son bonnet de docteur (détail), 1620, huile sur bois ; Châteauroux, musée Bertrand, inv. 291.

Pour ce qui concerne les aspects sociaux du vêtement, signes de pouvoir et de richesse exceptés, l’exposition peine, malgré les efforts et la volonté de sa commissaire scientifique, à accorder une juste place aux vêtements populaires du quotidien, dont très probablement aucun exemplaire n’a été conservé, sinon dans un état fragmentaire et archéologique. Si les métiers de fripiers à l’époque moderne commencent à faire l’objet d’investigations des chercheurs, la réalité de la pratique textile des couches les plus modestes de la société européenne reste très mal connue. Ainsi, en milieu rural, il est légitime d’imaginer des procédés locaux et ponctuels de teinture par village, par famille, visant à donner quelque teinte, même peu solide, à tel fil de laine ou à telle étoffe. Les peintures de genre nous montrent souvent des vêtements rapiécés, dont on imagine qu’ils ont en effet été utilisés par leurs propriétaires durant de très longues années. Toutefois la couleur rouge, pittoresque, souvent présente dans ces scènes de genre ou dans les paysages comportant des paysans, ne reflète probablement pas la couleur grise des vêtements réellement portés par les plus modestes. 

Joost Cornelisz Droochsloot, Rixe de paysans devant un cabaret, 1653, huile sur bois ; Le Mans, musée de Tessé, inv. 10.212.

L’exposition se termine sur une salle présentant la richesse des couleurs et des matériaux du vestiaire des Pays-Bas à partir des années 1640 : l’on constate ainsi l’intrication, à travers le commerce des textiles, des influences historiques et géographiques en jeu aux Pays-Bas. Alors que l’exposition débutait en rappelant une mode sévère, “à l’espagnole”, très contraignante pour le corps, elle s’achèvait sur l’adoption par les hommes de la large jupe-culotte venue de France, de couleurs diverses, éventuellement enrichie de rubans. Au-delà du stéréotype d’une mode en noir et blanc, cet ambitieux projet et le beau catalogue qui en prolonge le travail déroule donc le fil d’une réalité complexe et nuancée.

Précipitons nous donc sur son catalogue, dirigé par Alexandra Bosc et publié chez Snoeck en 2022. Pour ceux qui sont à proximité, l’exposition fera escale au musée des Beaux-Arts de Tours du 9 juin au 2 octobre 2023 et au musée des Beaux-Arts d’Angers de juin à septembre 2024. La totalité des prêts n’y seront toutefois pas présentés. 

 



Citer ce billet
Marie-Anne Sarda (2023, 7 février). L’étoffe des Flamands. Mode et peinture au XVIIe siècle. Colorants et textiles au fil du temps. Consulté le 12 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n0q2

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search