Kimono, une exposition du musée du Quai Branly-Jacques Chirac

Le musée du Quai Branly-Jacques Chirac présente Kimono jusqu’au 28 mai 2023, exposition conçue par le Victoria and Albert Museum de Londres. C’est l’occasion de questionner la place donnée aux matières colorantes, naturelles et synthétiques, et aux techniques de teinture et d’impression sur étoffes, dans une exposition consacrée au textile.

Si le propos de l’exposition est riche, la mise en valeur des matières colorantes reste encore timide comparée à la précision des descriptions des textiles (nature des fibres et des armures) et à l’explication de la signification des couleurs. Toutefois, une place importante est donnée aux techniques comme le yûzen, technique spécifique de teinture et de dessin, largement utilisée dans l’ornementation des kimonos, que le public parisien a découvert lors de l’exposition des œuvres du « trésor national vivant » Kunihiko Moriguchi à l’hiver 2016 (maison de la culture du Japon).

Quelques éléments de connaissance permettent toutefois d’en savoir plus. Le bleu dérivé de l’indigo, porté par les travailleurs et tous ceux qui réalisent des tâches quotidiennes, aurait par exemple des vertus médicinales. Mais si les teintures végétales visent à obtenir des couleurs particulières, leur altération au fil du temps, que les Japonais considèrent comme faisant partie de l’histoire des costumes, rend difficile la lecture contemporaine de celles-ci, comme en témoigne le texte suivant, et il s’agit de ne pas confondre couleur et teinture :

« Si les diverses pièces du costume sont bien connues pour ce qui est de leur forme, il est par contre très difficile de savoir exactement à quoi correspondent les multiples nuances de couleurs désignées en règle générale par les noms de plantes ou de fleurs. Il s’agit en effet de teintures végétales qui ont pu s’altérer considérablement au fil des siècles, lors même que des spécimens d’étoffe ont pu être ainsi conservés. De plus, lorsqu’on parle d’ensembles couleur : cerisier, saule, chrysanthème, corète… il s’agit en réalité d’accords de couleurs dont la combinaison fait penser à tel ou tel végétal : ces accords jouent à la fois sur la différence entre les différentes robes superposées et sur des contrastes entre l’envers et l’endroit d’une même robe (…) il faut savoir cependant que le cerisier du Japon fleurit en rose soutenu, que le corète (ou kerria ) est jaune d’or, que lorsqu’il est question de saule, il s’agit de la couleur vert pâle que revêt cet arbre aux premiers jours de printemps … »

René Sieffert, introduction à la traduction du journal de Murasaki Shikibu, 1978

Sauf exception, comme c’est le cas pour ce kimono de femme rouge teinté grâce au carthame, peu de cartels précisent par conséquent la nature des matières végétales utilisées pour teindre les tissus. Or, les teinturiers japonais utilisaient traditionnellement une grande quantité de plantes variées (voir l’exposition organisée en 2014 par la maison de la culture du Japon à paris, Tisser les couleurs, mettant en valeur le travail de Fukumi Shimura, également « trésor national vivant », tisserande et teinturière), qu’il aurait été intéressant de présenter à nouveau au public occidental. 

Kimono de femme (furisode), 1800-1850, satin de soie damassé (rinzu), teinture par ligature (kanoko shibori) probablement Kyoto, Japon © The Khalili Collection of Japanese Art

L’arrivée des colorants chimiques, est par contre amplement soulignée car elle permet d’expliquer les intensités plus fortes des couleurs des kimonos dès la seconde moitié du XIXe siècle. Peu après l’ouverture volontaire du Japon à l’Occident sous l’ère Meiji (1868-1912), des teinturiers japonais furent envoyés notamment à Lyon et Berlin pour y apprendre les nouvelles techniques de teinture à l’aide des colorants de synthèse (Threads of Silk and gold. Ornemental textiles from Meiji Japan, catalogue de l’exposition qui s’est tenue à l’Ashmolean Museum à Oxford en 2012). On apprend ainsi que les Japonais les appellent les « couleurs du progrès ». Il est notamment possible d’admirer le magnifique violet de ce kimono à manches courtes.

Les kimonos n’ont donc pas encore livré tous leurs secrets !

Jackson Anna (dir.), Kimono. Catalogue de l’exposition, Éditions de La Martinière, 2022.

 

Et si vous êtes intéressé.e par l’indigo japonais, vous pouvez regarder la conférence d’Hisako Sumi sur l’indigo au Japon et le savoir-faire des cuves à fermentation.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Gaël Sutter (7 février 2023). Kimono, une exposition du musée du Quai Branly-Jacques Chirac. Colorants et textiles au fil du temps. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/n0q1


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search