Jean Théodore Coupier (1820-1908), entre bleu et noir

Illustration : Extrait du Moniteur de la teinture et de l’impression des tissus présentant un gris sur laine obtenu à partir du « bleu-noir d’aniline de M. Th. Coupier », 5 janvier 1869, p. 234 ; Bibliothèque nationale de France, V-11790, disponible sur Gallica, consulté le 14/12/2022.

Jean Théodore Coupier, « fabricant de produits chimiques » d’après son dossier de nomination à la Légion d’honneur en 1878, a donné son nom à de nouvelles matières colorantes issues de la transformation des résidus de goudron de houille : le « noir Coupier » et le « bleu Coupier ».

Coupier installe son activité à Creil dans l’Oise, avenue du Tremblay, en 1873, dans ce que les habitants qui l’ont connue nomment encore aujourd’hui « l’usine du Tremblay ». Il succède à François Charlemagne Cauchois (1831- ?) qui y fabrique des produits chimiques et des engrais depuis 1860, et possède également un atelier d’équarrissage alimentant sa production d’engrais. Sa société porte son nom : « Coupier & Cie ».

 

 

Coupier fabrique quant à lui des matières colorantes synthétiques jusqu’en 1882, date à laquelle sa société disparaît. Le site est repris en 1883 par la société allemande Meister, Lucius et Brüning basée à Höchst, près de Francfort : s’y installe leur succursale française précédemment fondée en 1881 et dénommée « Compagnie parisienne des couleurs d’aniline ». Sont toujours produits des matières colorantes, des colorants, des pigments, puis de l’acide sulfurique à partir de 1900, et enfin des produits pharmaceutiques.

 

 

Connu pour ses noir et bleu éponymes, Jean Théodore Coupier invente en outre le rouge de toluène et le gris d’aniline (nigrisine). Il reçoit une médaille d’or à l’Exposition universelle de Paris de 1867 pour son rouge et un diplôme d’honneur à celle de Vienne en 1873, au même titre que les chimistes Charles Bardy, Charles Girard et de Laire, Charles Lauth et le teinturier François Alcide Poirrier. Pour protéger le fruit de son travail, il dépose quatre brevets d’invention les 5 avril 1866 (certificat d’addition le 30 juillet 1866), 31 juillet 1866, 17 septembre 1867 (certificat d’addition le 20 octobre 1871) et 27 juin 1878. Il s’agit toujours d’obtenir des matières colorantes à partir d’aniline.

Si l’on ne sait pas ce que devient Jean Théodore Coupier entre l’arrêt de la société « Coupier & Cie » et son décès en 1908, Daniel Auguste Rosenstiehl (1839-1916), éminent professeur de chimie à l’École supérieure des sciences appliquées de Mulhouse, nous assure, dans la nécrologie du teinturier donnée le 1er avril 1908 pour le Bulletin la Société industrielle de Mulhouse, qu’il « a été un des rares chimistes qui avec le talent de découvrir possèdent aussi le don de la réalisation industrielle et commerciale. La réunion de ces qualités lui assure dans l’histoire des progrès de la science et dans celle des fabrications des matières colorantes, un rôle des plus remarquables. »

 

Consultez la notice de la société  de M. Coupier et de la « Compagnie parisienne des couleurs d’aniline » dans le répertoire des teinturiers.



Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search