François Alcide Poirrier (1832-1917), industriel et homme politique

Portrait de François Alcide Poirrier, s.d. ; Paris, Archives du Sénat © Sénat.

Le Mosellan François Alcide Poirrier, dont le père est tourneur en bois à Verdun, est un grand industriel de la chimie des colorants. Homme politique de premier plan, il est sénateur sans discontinuer de 1889 à son décès.

C’est dans la région parisienne qu’il s’installe en 1848 pour trouver du travail. Il est employé dans le commerce de matières colorantes de Charles Mottet (1805-1883). Ce dernier a lui-même repris la fabrique parisienne d’orseille -pour laquelle il utilise du lichen d’Oran et d’Alger- et de carmin d’orseille de Jules Jannet (1805-1846), avant de l’installer à Saint-Denis, et de compléter la production par la fabrication de carmin d’indigo et de cochenille ammoniacale.

François Alcide Poirrier et M. Chappat, dont le père est un ami, et qui est communément appelé « Chappat fils », reprennent la société de Charles Mottet en 1857. La société « Poirrier & Chappat fils » devient propriétaire de l’usine dionysienne. Elle s’oriente vers la fabrication de matières colorantes artificielles par dérivation du goudron de houille. Le rachat de brevets de ses concurrents lui permet en outre de compléter sa palette chromatique : violet de Paris, rouge de Saint-Denis, brun rocceline, noir Vidal ou jaune chrysoïne, ce qui participe à fonder leur renommée. La collaboration entre les deux industriels s’achève avec le décès accidentel de Chappat fils en 1868.

Usine Poirrier & Chappat fils, 1865 ; Archives municipales de Saint-Denis, CT 1145-1.

Poirrier reste dès lors seul propriétaire des biens de l’entreprise dissoute, ensuite connue sous la dénomination « Poirrier ». L’usine Poirrier connaît un épisode tragique en 1874 : une importante explosion. La presse s’en fait le relais et nous permet d’en garder une trace visuelle.

Eugène Deshayes, Saint Denis, les ruines de l’usine Poirier quelques heures après le sinistre, 1874, bois de bout sur papier, 18,5 x 48,5 cm ; musée du Domaine départemental de Sceaux, 00.G.94.157.1 © MDDS, Benoît Chain.

Mais cela n’empêche pas la société de se développer. En 1875, elle obtient l’autorisation de fabriquer des matières colorantes dérivées de l’aniline et de ses homologues (rouge -fuchsine, saframine, bleu, violet, vert, chlorure de benzyle, acide benzoïque, méthylaniline, aniline nitrée, sels de cuivre, de zinc, de soude et de potasse). En 1877, elle est autorisée à fabriquer du naphtol et de l’acide phtalique.

Le quartier de la Plaine, où se situe l’usine, accueille de nombreuses activités industrielles. Voisins de Poirrier, les frères Gobert et Sylvain Dalsace fondent en 1860 une usine de fabrication de nitrobenzine, aniline et autres dérivés de la houille indispensables à la fabrication des matières colorantes. Resté seul, Gobert Dalsace s’associe bientôt à François Alcide Poirrier.

Usine de M. Dalsace, 1865 ; Archives municipales de Saint-Denis, CT 1145-2.

Le 1er août 1881, la « société anonyme des Matières colorantes et produits chimiques de Saint-Denis » est fondée par les deux manufacturiers, et le propriétaire Pierre François Gustave Girod. Elle a pour objet social la fabrication et l’achat de produits chimiques et la fabrication de matières colorantes. Poirrier apporte les droits entiers ou indivis sur de très nombreux brevets français, anglais, belges, américains et allemands, ainsi que des licences d’exploitation de brevets. Dans la liste des actionnaires de la société, on trouve Charles Henri Mottet, MM. Poirrier et Mortier de Reims, ainsi que des industriels et chimistes : Charles Lauth, Daniel Auguste Rosenstiehl, E. Kuhlmann, Oscar Scheurer, Joseph Koechlin, Thierry-Mieg et Cie…

Charles Menneret, Affiche de la Société anonyme des matières colorantes et produits chimiques, 1926, affiche imprimée polychrome, 60×95 ; Saint-Denis, musée d’Art et d’histoire Paul Éluard.

Jusqu’en 1901, les administrateurs développent les activités mais connaissent des facteurs limitants, dont l’échec de l’usine d’alizarine, qui a pourtant nécessité des investissements en terrain et matériels importants. Cet échec est dû à la très forte baisse du prix de l’alizarine organisée par les concurrents allemands, notamment Bayer. Les administrateurs choisissent d’accroître la production de produits chimiques, qui assurent des revenus plus sûrs que les colorants. La production d’alizarine est donc abandonnée, au profit des sels et huiles d’aniline, de toluidine, et de toutes les matières chimiques nécessaires à la fabrication des colorants. En ce qui concerne les matières colorantes, on trouve presque toutes les couleurs d’aniline et les colorants au soufre. Devenue en 1951 « Compagnie Française des Matières Colorantes », la société ferme met un terme à son histoire dans les années 1970.

De Jules Jannet qui remporte une médaille de bronze à l’Exposition des produits de l’industrie française en 1834 et Charles Mottet qui est récompensé aux Expositions universelles de 1851 à Londres (médaille de prix) et 1855 à Paris (médaille de première classe), à la « société anonyme des Matières colorantes et produits chimiques de Saint-Denis », elle-même primée à maintes reprises (médaille d’or à l’exposition universelle de Melbourne en 1882, diplôme d’honneur à l’Exposition universelle d’Amsterdam en 1883, médaille d’or à l’Exposition universelle de Barcelone de 1888…), les sociétés qui se succèdent font toujours preuve d’innovation grâce notamment à François Alcide Poirrier, qui croit très tôt dans le potentiel des matières colorantes synthétiques, et trouve la forme juridique collective adaptée à la féroce concurrence que se livrent les sociétés de la chimie française et allemande.

 

Consultez la notice des sociétés « Poirrier & Chappat fils » et « Société anonyme des Matières colorantes et produits chimiques de Saint-Denis » dans le répertoire des teinturiers.

Sources

Archives municipales, Saint-Denis

Archives départementales, Paris

Archives départementales, Seine-Saint-Denis

Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine

Archives nationales du monde du travail, Roubaix

Bibliographie

Des cheminées dans la plaine. Cent ans d’industrie à Saint-Denis, Saint-Denis, musée d’Art et d’histoire Paul Éluard, 5 juin-23 novembre 1998, Paris, Créaphis, 1998.

Églantine Cussac, L’offensive des colorants allemands en France 1881-1914, Paris, Éditions Ithaka, 2019.


OpenEdition vous propose de citer ce billet de la manière suivante :
Gaël Sutter (12 décembre 2022). François Alcide Poirrier (1832-1917), industriel et homme politique. Colorants et textiles au fil du temps. Consulté le 16 juillet 2024 à l’adresse https://doi.org/10.58079/n0px


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search