Compte rendu de lecture : la maison Worth

TRUBERT-TOLLU Chantal, TETART-VITTU Françoise, MARTIN-HATTEMBERG Jean-Marie, OLIVIERI Fabrice (dir.), La Maison Worth 1858-1954. Naissance de la haute couture, Lausanne, La Bibliothèque des Arts, 2017, 336 pages

Version française d’un ouvrage éponyme publié la même année à Londres par Thames and Hudson, La Maison Worth 1858-1954 frappe d’emblée par son format, un grand in-4°, et l’extrême qualité de ses très nombreuses reproductions en couleurs. Quiconque s’intéresse à la naissance de la haute couture à Paris au cours du troisième quart du XIXe siècle, puis à son essor, n’aura de cesse de disposer de cet ouvrage, qui vient par ailleurs combler un important vide historiographique sur les créations de Charles Frederick Worth (1825-1895), de ses fils Gaston Worth (1853-1924) et Jean-Philippe Worth (1856-1926), puis de la suite de la succession familiale jusqu’à la fermeture de la maison de couture en 1956.

La participation à la direction de cet ouvrage collectif de Françoise Tétart-Vittu, ancienne responsable du cabinet des estampes du musée de la mode de la Ville de Paris/Palais Galliéra, garantit à elle seule de trouver tout au long de la première partie consacrée au fondateur de la maison, qui correspond à la moitié de l’ouvrage (p. 15-173), une iconographie des plus variées comprenant des reproductions d’archives, de photographies, d’objets, d’estampes et de tableaux, comme de griffes de vêtements, de détails textiles et de parures vestimentaires complètes. Dans cette première partie également, des pages encartées commandées à des auteurs extérieurs (Laure Chabanne, Carole Damour, Philippe Thiébaut) permettent d’aborder les sujets essentiels de la clientèle de Worth, des archives de l’un de ses fournisseurs (Tassinari & Chatel) et de la volonté des peintres contemporains de trouver des équivalents picturaux aux couleurs et matières nouvelles.

Si l’on regrettera dans la seconde moitié de l’ouvrage une évocation un peu systématique des différents membres de la maison familiale, qui tend à faire de cette partie une sorte de catalogue des acteurs de la maison, l’on reconnaîtra toutefois qu’à défaut d’une analyse définitive de l’évolution créatrice de la maison, cet ouvrage tant attendu offre la possibilité d’une lecture de la maison Worth dans la longue durée plutôt que comme seule initiatrice de la haute couture parisienne.

Relevant presque 30 ans après le défi lancé par en 1989 au Brooklyn Museum of Art avec l’exposition organisée par sa conservatrice Ann Elizabeth Coleman, The Opulent Era, fashions of Worth, Doucet and Pingat, cette vision renouvelée de la maison Worth nous laisse espérer des publications nouvelles sur la haute couture parisienne, que ce soit sur ses différents protagonistes, ses processus créatifs, ses matériaux, ses modes de diffusion, ou encore ses clientes.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.