« Etude matérielle et technique » au MAD, ou l’analyse fascinante d’un collet en cuir de la Renaissance

Entre 2019 et 2021, eut lieu au musée des Arts décoratifs de Paris une enquête fascinante : celle visant à percer les secrets de confection d’un collet en cuir de la Renaissance. Menée de front par une équipe de conservateurs, conservateurs-restaurateurs textiles, ingénieurs et maîtres de conférences, leur mission était de faire parler la matière et de comprendre comment étaient créés les vêtements de luxe au XVIe siècle.

Collet de gentilhomme en chamois brodé France, vers 1580-1600
© Photo : Marc Tomasi

Relevé du patron – Analyse de la coupe par Ségolène Bonnet

L’analyse s’est d’abord portée sur la forme même du collet. Une étude de sa forme générale et une reconstitution du patron ont permis à l’équipe, dans un premier temps, d’étudier sa découpe et l’agencement des parties constituantes. Si la doublure est simple, afin de s’adapter au corps de son porteur, la partie extérieure arbore une découpe sophistiquée, dont l’objectif est de redessiner et d’accentuer le volume de la silhouette comme le voulait la mode de l’époque.

Étude du matériau cuir – Étude de la construction interne – Ingrid Leautey et Emmanuelle Garcin

Après la forme générale, ce fut au tour du matériau constitutif de faire l’objet d’une analyse. Réalisée par le Centre de Recherche sur la Conservation, le résultat indique que le cuir utilisé est une peau de mouton, matériau réputé pour sa souplesse. Cet élément, de même que le soin apporté à la découpe, au rembourrage de la doublure et au positionnement des baleines, sont des indicateurs de la finesse de ce collet vraisemblablement destiné à un commanditaire prestigieux.

Étude des fils, de la passementerie et du décor – Emmanuelle Garcin

Puisque ce collet semble bien être un vêtement d’apparat, le décor a lui aussi fait l’objet de soins particuliers. Des traces d’un dessin préalable sont encore visibles sous les points de broderie et attestent des différentes étapes ayant été nécessaires à sa création. Constitué de lignes arabesques et de fleurons, ce décor servait autant à l’embellissement du vêtement qu’à la dissimulation de ses lignes de construction. Deux types de fils ont été observés pour le décor extérieur : d’une part des filés métalliques, c’est-à-dire des fils constitués de fibres animales ou végétales entourés d’une lame métallique, d’autre part des fils de soie à la torsion régulière. 

Vue rapproché du décor du buste (devant)
© E. Garcin

Étude des colorants – Emmanuelle Garcin, Art Ness Proano Gaibor (RCE)

Afin de créer un contraste intéressant sur le cuir, ces fils furent évidemment teints, et grâce à un partenariat entre le musée des Arts décoratifs de Paris, le Kunstmuseum de La Haye et le laboratoire RCE d’Amsterdam, la composition des teintures utilisées a pu être analysée. Pour le décor extérieur, deux couleurs ont été repérées : des fils de soie teints en noir et les fils recouverts des lames métalliques également de soie, mais cette fois teints en jaune. Premier élément intéressant, d’après les analyses des fils prélevés, les teintures ont toutes été réalisées à l’aide de colorants naturels d’origine végétale, associés à des mordants et des tanins. Cette information est précieuse car l’obtention d’un noir à la fois profond et solide, qui n’aurait pas d’effet oxydant sur les fibres, a toujours représenté un défi pour les teinturiers. Cette problématique est d’ailleurs abordée dans de nombreux textes tels que le Règlement général pour toutes sortes de teintures des soyes, laines & fil qui s’employent aux manufactures de 1669 ou l’Instruction générale pour la teinture des laines et manufactures de laines de toutes couleurs de 1671. Or, comme l’indique Emmanuelle Garcin, ce collet au décor d’un noir soutenu, présente des fils en parfait état.

L’analyse chromatographique révèle, dans un premier temps, la présence de gaude et de bois de Campêche, deux colorants végétaux traditionnellement associés aux couleurs jaune d’une part et bleu violet d’autre part. Les résultats ont également mis en valeur la présence de baies végétales de la famille des rhamnacées, utilisées fraîches, et non pas sous forme séchée. Dernier élément révélé par l’analyse chromatographique, la présence d’un tanin provenant probablement de l’aulne noir. Cet élément n’est pas si surprenant puisque l’écorce de ce bois est mentionnée dans des sources anciennes et avait déjà été signalée comme une matière première importante pour les teintureries par Dominique Cardon. Le plus surprenant toutefois est que son usage n’ait provoqué aucun dommage sur les fibres.

D’après Art Ness Proano Gaibor, c’est la mise en œuvre de ces substances qui a dû faire toute la différence. Les textes médiévaux mentionnent très tôt l’usage de l’aulne comme source de tanin, mélangé avec du fer pour la fabrication du noir. Ici toutefois, il semble que l’écorce ait été préparée par un bain de plusieurs semaines avec du fer avant que les fils y soient plongés, mordancés avec de l’alun et que l’on ajoute au mélange les baies de rhamnacées et la gaude. Le bois de Campêche, enfin, dut être utilisé lors d’un dernier bain, pour faire monter la saturation du noir.

Les teinturiers à l’origine de la coloration des fils de ce collet auraient-ils découvert une technique novatrice afin d’obtenir un noir stable, profond et non agressif pour les fibres ? Même si cette question reste pour l’heure sans réponse, il convient de souligner le savoir-faire des praticiens, capables d’innovations pour résoudre un problème récurrent et obtenir le résultat souhaité.

 

Étude du parcours matériel – Emmanuelle Garcin, CARAA

Le dernier volet de cette étude est consacré à la datation du collet. La complexité de confection de ce vêtement, déjà développée plus haut, a permis que plusieurs matériaux constitutifs soient analysés au carbone 14. Le cuir et plusieurs fibres végétales ont été soumis à l’examen et les intervalles obtenus permettent d’envisager une réalisation entre 1485 et 1681 pour l’un et 1465 et 1664 pour l’autre.

 

Cette étude matérielle et technique du collet du musée des Arts décoratifs de Paris apporte donc de précieuses réponses quant à l’économie de production des vêtements de luxe entre le XVe et le XVIIe siècle. Nous pouvons y déceler, d’une part, des problématiques d’approvisionnement où les ressources locales semblent souvent favorisées, ainsi qu’une très grande attention portée aux détails notamment pour le décor du vêtement. D’autre part, si ce collet semble bien correspondre dans sa forme à un moment précis de l’histoire de la mode, la mise en œuvre de la teinture de certaines de ses parties illustre toutefois un savoir-faire particulier à un atelier ou, du moins, à un groupe limité de teinturiers. Ces premiers résultats et observations posent donc de nouvelles questions et il est à espérer que cette étude donnera à d’autres institutions l’envie d’enquêter sur leurs collections textiles.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search