Le cahier de couleurs d’Antoine Janot

CARDON Dominique, BREMAUD Iris, Le cahier de couleurs d’Antoine Janot, Paris, CNRS Éditions, 2020, 128 pages

Dominique Cardon, historienne et archéologue, et Iris Brémaud, chercheuse en sciences du bois, dissèquent les couleurs de 67 échantillons de draps de laine teints par Antoine Janot, maître-teinturier languedocien de la première moitié du XVIIIe siècle et auteur de mémoires sur la teinture. Une mine d’informations pour les adeptes des teintures naturelles.

Antoine Janot, Mémoire pour les rouges de garance, 31 octobre 1747 ; Montpellier, Archives départementales de l’Hérault, C 2238.

Les écrits d’Antoine Janot (1700-1778) mettent en partie en couleurs le Règlement pour la teinture des Etoffes de laine et des laines servant à leur fabrication du 15 janvier 1737. Ce règlement est une mise à jour des deux règlements généraux sur les teintures de Colbert publiés en 1669 -complétés par l’Instruction générale pour la teinture des laines de 1671. Ces textes appartiennent aux mesures réglementaires sur les manufactures publiées par Colbert entre 1666 et 1683 dans le but d’améliorer la qualité des productions du royaume de France et, pour ce qui concerne le domaine textile, de limiter les importations d’étoffes d’Angleterre et de Hollande. Antoine Janot applique en effet les critères de qualité des règlements royaux sur la teinture en grand teint à la réalisation de la gamme de couleurs qu’ont conçue les teinturiers languedociens pour leurs clientèles orientales. Il améliore aussi les procédés en vigueur pour obtenir certaines couleurs prisées de ses contemporains, notamment afin d’accroître leur solidité.

Dans le Mémoire sur les opérations de la teinture du grand et bon teint des couleurs qui se consomment en Levant avec la quantité et qualité des drogues qui les composent (31 mai 1744), les couleurs sont présentées par groupes successifs relevant de la même technique de mise en œuvre : d’abord les bleus pour lesquels les draps n’ont pas à subir de mordançage, puis les autres couleurs, avec mordançage à l’alun et au tartre (verts, jaunes, bruns, rouges, violets et roses). Janot utilise également l’engallage avant mordançage, dont les tanins réagissent avec le sulfate ferreux ajouté en fin de teinture pour donner des gris. Enfin, le mordançage à l’étain donne des rouges et des orangés avec la cochenille.

Son Mémoire sur les trois couleurs (12 juillet 1744) vient en complément du précédent. Janot s’y intéresse aux procédés mis au point pour obtenir des couleurs très demandées pour les draps exportés dans l’Empire ottoman : le rouge cramoisi, le rouge violacé appelé soupe au vin et le vert céladon.

Avec son troisième et dernier ouvrage, intitulé, Mémoire pour les rouges de garance (31 octobre 1747), Janot obtient des rouges plus vifs et orangés que ceux produits par les teinturiers du Languedoc pour répondre à la demande des pays du Levant. Il montre également un vert céladon obtenu par un procédé de grand teint.

Afin de préserver les manuscrits originaux pour les générations à venir, les mémoires de Janot ont été numérisés et étudiés de manière exhaustive par Dominique Cardon en 2019 et 2020. En sus de l’étude archivistique et historique, chacun pourra parcourir les mémoires, intégralement reproduits et transcrits. De plus, chacun des échantillons a fait l’objet de mesures colorimétriques, afin de placer les couleurs de Janot dans l’espace CIE-LAB.

Le praticien y trouvera assurément l’inspiration pour (re)créer !



Citer ce billet
Gaël Sutter (2022, 9 décembre). Le cahier de couleurs d’Antoine Janot. Colorants et textiles au fil du temps. Consulté le 13 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n0pw

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search