Antoine Janot (1700-1778), la vie tumultueuse d’un maître de la couleur

Antoine Janot, Mémoire sur les opérations de la teinture du grand et bon teint des couleurs qui se consomment en Levant avec la quantité et qualité des drogues qui les composent, 31 mai 1744 ; Montpellier, Archives départementales de l’Hérault, C 5569, folio 2 recto © Pierre-Normann Granier.

Antoine Janot est l’auteur du plus ancien recueil de recettes de teintures sur laine précises, complètes, illustrées d’échantillons et organisées systématiquement, dans l’ordre des opérations techniques permettant d’obtenir toutes les gammes de coloris de grand teint. Au-delà de ses apports à la teinture, sa vie jalonnée d’épisodes romanesques mérite que l’on s’y attarde.

Une réussite qui crée des envieux

Antoine Janot est maître-teinturier à Saint-Chinian, en Languedoc, à une trentaine de kilomètres de Béziers. Son père dirige la teinturerie de la Manufacture royale de draps de laine de Bize, dans le Minervois, avant de s’installer comme marchand-teinturier à Saint-Chinian. C’est avec lui qu’Antoine a appris le métier. Sa teinturerie fonctionne bien pour plusieurs raisons. Elle est tout d’abord la seule teinturerie indépendante de Saint-Chinian. Ensuite, ses clients, les marchands-drapiers, développent leur production de Londrins Seconds pour le Levant, c’est-à-dire de draps de laine conçus pour concurrencer les draps hollandais et anglais, et exportés vers les ports ottomans. Antoine Janot est enfin un teinturier de grand talent.

Mais sa réussite fait au moins un jaloux. L’inspecteur des manufactures de Saint-Chinian met en effet tout en œuvre pour que les marchands-drapiers fassent teindre leurs productions par les teintureries des manufactures royales. A cette fin, il fait saisir une pièce teinte par Antoine Janot, prétextant l’emploi d’une matière colorante prohibée par les règlements royaux. Ruiné et sans emploi, Antoine Janot décide de se défendre : en 1744, il rédige les deux premiers de ses Mémoires sur la teinture. Il les illustre d’échantillons de ses couleurs de grand teint et les adresse à l’Intendant du Roi en Languedoc. Puis, il dénonce les abus dont il a été victime ; l’inspecteur concerné est déplacé en 1745.

Duel de teinturiers

Les affaires d’Antoine Janot reprennent alors. Il s’illustre à nouveau en 1747 par l’écriture de son Mémoire pour les rouges de garance dans le contexte d’une polémique portant sur la teinture rouge de garance toujours à destination du Levant : les Anglais proposent des rouges orangés à base de garance que le Contrôleur général souhaite reproduire. Antoine Janot parvient à formuler une recette de rouge intense, grand teint, conforme aux Règlements royaux sur la teinture et compatible avec la gamme des rouges languedociens. En 1749, à l’issue d’un duel de teinture avec l’expert nommé par le Contrôleur général, il est déclaré vainqueur.

Antoine Janot, Mémoire sur les opérations de la teinture du grand et bon teint des couleurs qui se consomment en Levant avec la quantité et qualité des drogues qui les composent, 31 mai 1744 ; Montpellier, Archives départementales de l’Hérault, C 5569, folio 9 recto © Pierre-Normann Granier.

Un héritage précieux

Antoine Janot teint vraisemblablement une grande partie des draps produits à Saint-Chinian (6 084 pièces de draps fins en moyenne par an), ce qui laisse imaginer une gestion fine et rigoureuse : approvisionnement en mordants et colorants, organisation des cuves, programmation quotidienne des degrés de bleu à donner aux différentes pièces de draps en fonction des couleurs composées à réaliser. Il transmet son savoir à son fils, Jean-Baptiste, lui-même marchand-teinturier.

Ses échanges professionnels avec le futur directeur de la Manufacture royale des Ayres, Paul Gout, ont également dû fournir de la matière à celui-ci pour écrire ses Mémoires de teinture. Dans tous les cas, Antoine Janot s’engagea passionnément dans son activité de teinturier. Lisez donc l’article consacré aux travaux de cet esthète des couleurs !

Bibliographie

Dominique Cardon, Mémoires de teinture. Voyage dans le temps chez un maître des couleurs, Paris, CNRS Éditions, 2013.

Dominique Cardon, Des couleurs pour les Lumières, Antoine Janot, teinturier occitan (1700-1778), Paris, CNRS Éditions, 2019.

Dominique Cardon, Le cahier de couleurs d’Antoine Janot, Paris, CNRS Éditions, 2020.



Citer ce billet
Gaël Sutter (2022, 8 décembre). Antoine Janot (1700-1778), la vie tumultueuse d’un maître de la couleur. Colorants et textiles au fil du temps. Consulté le 23 février 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n0pv

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search