Léopold Auguste Hulot (1831-1907), teinturier à Puteaux

Extrait du Catalogue complet des récompenses décernées aux exposants français à l’exposition universelle de 1878, Paris, Hachette, 1879, p. 179.

Enquêter sur le teinturier Léopold Auguste Hulot (1831-1907) permet d’en savoir plus sur les sociétés dont il a été propriétaire, alors même que la topographie de la ville de Puteaux (Hauts-de-Seine) où elles étaient situées n’en porte plus de trace. Les sociétés successives d’Hulot ont pourtant occupé le paysage putéolien depuis le début du XIXe siècle. La maison y est en effet fondée par MM. Pallu et Fontrobert en 1832, reprise en 1866 par MM. Hulot et Berruyer, en 1879 par Hulot seul, en 1884 par MM. Hulot et Colin-Chambaut, avant de devenir, en 1905, la société Ménager et Colin-Chambaut. Elles sont situées 25 quai Nationale (devenu quai de Dion-Bouton) et 24 rue des Pavillons, acquises respectivement en 1866 et 1876 par MM. Hulot et Berruyer. En 1895, elles comptent environ 200 ouvriers.

Léopold Auguste Hulot est issu d’un milieu bourgeois ; son père est qualifié de « propriétaire » sur son acte de naissance. Les témoins de son mariage avec Marie Adolphine Vigoureux, le 21 juin 1877, sont de grands bourgeois : Louis Remy Robert est directeur de la manufacture de Sèvres et officier de la Légion d’honneur, tandis que Anatole Auguste Hulot, son oncle, est directeur de la Monnaie et titulaire de la même décoration, qu’obtient Hulot lui-même en 1895. Les témoins de la mariée sont quant à eux des négociants. Elle apporte à la communauté de biens de nombreux titres financiers, Léopold Auguste y adjoignant sa société déjà florissante.

Depuis 1866, il est associé à René Adolphe Berruyer (1827- ?), teinturier en soies. Hulot et Berruyer est une société qui travaille les matières colorantes synthétiques ; elle remporte une médaille d’argent à l’Exposition universelle de Paris de 1867 et une médaille d’or à celle de 1878. Demeuré seul à la tête de l’entreprise entre 1879 et 1884, Auguste Léopold Hulot est à nouveau récompensé par une médaille d’or aux expositions universelles d’Amsterdam en 1883 et d’Anvers en 1885. Associé à Ange Victor Edmond Ernest Colin de Saint-Menge Chambaut sous la raison sociale Hulot et Colin-Chambaut, il remporte de nouveaux succès : un Grand prix à chacune des Expositions universelles de Paris en 1889, d’Anvers en 1894 et de Paris en 1900. Très impliqué dans la défense des intérêts des industriels du secteur textile, il est vice-président de la chambre syndicale des teinturiers en soie, et toutes matières textiles de 1867 à 1884, puis en est président jusqu’en 1895. Il reçoit ainsi une médaille d’honneur pour ses quarante ans de services syndicaux en 1905.

Extrait de la Liste des récompenses : Exposition universelle de 1900, à Paris, Paris, Imprimerie nationale, 1901, p. 888.

Teinturier au savoir-faire reconnu, Hulot, avec Berruyer, est sollicité en 1876 par le chimiste Adolphe Wurtz pour contribuer à un ouvrage intitulé Progrès de l’industrie des matières colorantes et artificielles : « Les échantillons contenus dans ce rapport ont été spécialement teints dans ce but par MM. Hulot et Berruyer, teinturiers en soies, laines et cotons, à Puteaux (Seine). […] Les échantillons de noir d’Aniline, noir d’Alizarine, violet et rouge d’Alizarine sur cotons, ont été teints sur tissu ruban, coton écru. Ces dernières teintures étant en dehors du travail habituel des ateliers de MM. Hulot et Berruyer, ont été faites dans leur laboratoire. »

 

Consultez la notice des sociétés « Hulot et Berruyer » et « Hulot et Colin-Chambaut » dans le répertoire des teinturiers.

Sources

Archives départementales, Paris

Archives départementales, Hauts-de-Seine

Archives nationales, Pierrefitte-sur-Seine



Citer ce billet
Gaël Sutter (2022, 7 décembre). Léopold Auguste Hulot (1831-1907), teinturier à Puteaux. Colorants et textiles au fil du temps. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n0pu

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search