Dynasties : les Koechlin et les familles industrielles de Mulhouse

« Un mot résume très justement l’idée qu’on peut se faire de la société à Mulhouse, et ce mot, c’est “ famille ” »

Emile Boissière, Vingt ans à Mulhouse, 1855-1875.

 

L’exemple des Gobelin est la preuve que le système des dynasties semble trouver son origine dès le XVe siècle. C’est toutefois dans le monde industriel, notamment alsacien, de la fin du XVIIIe siècle et du XIXe siècle qu’il atteint son épanouissement le plus complet.
En effet, à l’instar des autres branches de l’industrie, les domaines du textile et de la teinture n’échappent pas aux logiques du marché et aux dangers de l’entreprenariat. Les dirigeants de manufacture ont donc dû s’appuyer sur leur famille et leurs relations pour perdurer. A cet égard, le cas des Koechlin est exemplaire : le pouvoir de la famille y a été exploité jusqu’à son paroxysme.

L’histoire de cette famille commence avec Samuel Koechlin (1719-1776) qui fonde en 1746 la première manufacture d’indiennes de Mulhouse avec Jean-Henri Dollfus et Jean-Jacques Schmaltzer. L’aventure industrielle commence bien. Toutefois, pour concrétiser cette collaboration professionnelle, Samuel et ses associés vont organiser les mariages de certains de leurs enfants. Ainsi le fils aîné de Samuel, Jean, épouse en 1769, Cléopha / Climène Dollfus, avec qui il aura vingt enfants. Son second fils, Jacques, va également épouser une Dollfus, Anne-Catherine, fille de l’associé de son père. Ils auront ensemble quatorze enfants. D’après Michel Hau ce nombre impressionnant d’enfants n’est pas dû au hasard et fait partie prenante de la dynamique des dynasties. Ces nombreux héritiers à chaque génération facilite en effet l’embauche de nouveaux collaborateurs ou associés, qu’ils soient des frères, des fils ou des gendres. Ceux-ci sont capables puisqu’ils ont été formés par le chef de famille, et motivés. Aussi les successions pour la direction de l’entreprise, posant souvent problème aux dynasties, sont facilitées par le nombre important de candidats possibles.

Arbre généalogique simplifié de la famille Koechlin

Ces unions ne sont que les premières, et au fil des générations de nombreux Koechlin convoleront avec des Dollfus : Nicolas Koechlin (1781-1852) avec Ursule Dollfus ; Jean Koechlin (1801-1870) avec Marie Dollfus, veuve de Jean Meyer, dirigeant d’une filature que son nouvel époux va d’ailleurs reprendre ; Jules Koechlin (1845-1914) avec Camille Dollfus. Puis, avec l’idée d’élargir leur réseau d’influence, les Koechlin ont aussi cherché d’autres familles industrieuses avec lesquelles s’associer. Ainsi le fils cadet de Jean Koechlin, Rodolphe (1778-1855) épouse en 1801 Marie-Elisabeth Risler, fille du fabricant d’indiennes Jérémie Risler et de Catherine Mieg. Aussi lorsque le troisième fils de Jean Koechlin, Nicolas, perd son épouse Ursule Dollfus, celui-ci se remarie avec Anne-Marie Baumgartner, également fille d’un fabricant d’indiennes.

Autre famille importante dans le paysage de l’industrie textile alsacienne, la famille Schlumberger suivit la même stratégie. Nous en voulons pour preuve les multiples alliances professionnelles et matrimoniales tissées entre les deux familles. Le personnage de Joseph Koechlin, fils de Josué Koechlin (1756-1830), illustre cette imbrication professionnel / privé : il épouse Caroline Schlumberger et œuvre aux côtés de ses beaux-frères, Jules-Albert Schlumberger et Edouard Schwartz chez Schlumberger, Koechlin & Cie.
Les unions pouvaient, enfin, se contracter dans la famille elle-même. C’est ainsi que le fils aîné de Jean, Jacques Koechlin (1776-1834) épouse Catherine Koechlin, sa cousine (fille de Josué, cité ci-dessus, lui-même fils de Samuel Koechlin).

Le constat est clair, les Koechlin ont réussi à constituer une dynastie puissante et prospère, au service de leurs ambitions. Mais quelles raisons peuvent expliquer une recherche aussi frénétique d’alliances, de partenariats et d’investissements ?
L’ambition de la réussite, certes. Mais la force acquise par cette famille a surtout permis à ses membres d’évoluer, au sein du milieu industriel, et bien au-delà.

Afin de renforcer leur capacité à entreprendre, plusieurs fils Koechlin ont été envoyés par leur père suivre des cours à Paris, notamment de chimie. Ce fut notamment le cas de Daniel Koechlin, dit Koechlin-Schouch, (1785-1871) et de son fils Camille (1811-1890). Le premier, envoyé à l’âge de 15 ans suivre les cours de chimie de Fourcroy, met au point une technique d’impression en rouge turc et obtient une médaille d’or à l’Exposition universelle de 1819, tandis que le second est envoyé à Paris parfaire son éducation à l’université mais aussi auprès d’un maître en musique, danse et escrime. Camille se rendra ensuite en Angleterre et en Russie afin d’observer les procédés de teinture étrangers.
Les archives du monde du travail de Darnétal conservent encore aujourd’hui des traces de ces stages et voyages à l’étranger ayant pour but de parfaire les connaissances du successeur de Daniel ; nous pouvons y lire des lettres mêlant anecdotes sur la famille et échanges de procédés et de recettes.

Toutefois, le patronat alsacien s’est également montré soucieux de s’investir au-delà des murs de leur usine, notamment en politique. Ainsi, Jacques Koechlin (1776-1834) s’engage en politique dès 1814 et assure les fonctions de maire de Mulhouse l’année suivante, avant de devenir député.
Son frère Nicolas (1781-1852), lui aussi élu député en 1830, est témoin de l’abdication de Charles X et de l’investiture de Louis-Philippe. Lors de la révolution de 1848 il sera chargé par le gouvernement provisoire d’administrer le département du Haut-Rhin, et sera nommé par le ministre des Finances directeur du Comptoir national d’escompte de Mulhouse, poste qu’il accepte afin que son nom serve à restaurer la confiance de la population et à apaiser les tensions. Il quitte ce poste seulement sept mois plus tard, une fois la crise passée.

Portrait d’André Koechlin, bibliothèque municipale de Mulhouse.

Le personnage d’André Koechlin, enfin, illustre la force acquise par le nom Koechlin et comment les membres de cette famille s’en sont saisis afin d’améliorer les conditions de vie des plus nécessiteux. Cousin germain de Jacques et Nicolas, précédemment cités, il entre lui aussi « dans le moule » en faisant son apprentissage chez Dollfus-Mieg & Cie puis en épousant Ursule Dollfus-Mieg. Puis, en homme d’affaires audacieux, il fonde en 1826 la société de construction mécanique André Koechlin & Cie afin de faire cesser la dépendance française aux machines anglaises et remporte le succès en Alsace et à l’étranger. C’est toutefois dans le domaine social qu’il s’illustre le plus. Conseiller municipal puis maire de Mulhouse, il utilise ses mandats afin d’organiser un système de prise en charge des indigents, créer une école pour filles et construire à côté de son usine la première cité ouvrière de Mulhouse en 1835.

 

Plus qu’une simple famille d’industriels, les Koechlin sont un exemple éclatant de la réussite permise par le travail et la solidarité familiale. En effet, en l’espace de trois générations, ses membres furent à la tête de plusieurs entreprises florissantes (Frères Koechlin, puis Nicolas Koechlin & Frères, mais également Koechlin-Dollfus & Frères et Steinbach, Koechlin & Cie à la quatrième génération) leur permettant d’élargir leurs horizons à la chimie, à la mécanique, aux chemin de fer et à la politique. Les raisons sociales de ces entreprises, leurs noms officiels, associant des frères ou les Koechlin avec d’autres familles, prouvent toutefois que l’union fait définitivement la force et qu’une telle ascension n’aurait pas été possible sans l’aide de ce système si particulier qu’est la dynastie, telle que décrite par Michel Hau.

 

Bibliographie

Emile Boissière, Vingt ans à Mulhouse, 1855-1875, Mâcon, 1876.

Michel Hau, L’industrialisation de l’Alsace (1803-1939), imprimerie Louis-Jean, Gap, 1987.

Nicolas Stoskopf, sous la direction de la SHPF, Patrick Cabanel et André Encrevé, Dictionnaire biographique des protestants français de 1787 à nos jours, Tome 3 : H-L, Paris, Les Editions de Paris, 2022.

Société de l’histoire du protestantisme français, « Les deux temples de l’église réformée de Paris sous l’édit de Nantes. II. Le temple de Charenton 1606-1685 », Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français : documents historiques inédits et originaux, XVIe, XVIIe et XVIIIe siècles, Paris, 1856, p. 490-493.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search