Les manufactures royales de textile aux XVIIe et XVIIIe siècles

Carte postale ancienne. Les environs de Clermont-l’Hérault : manufacture de Villeneuvette. (coll. J. Nougaret) © Inventaire général, ADAGP, photo Michel Decossy.

Les manufactures royales sont communément associées à la figure de Jean-Baptiste Colbert (1619-1683) et à ce qui sera ultérieurement nommé le « colbertisme », c’est-à-dire une politique économique fondée sur le protectionnisme et le développement de l’industrie et du commerce extérieur. Elles préexistent cependant à Colbert et doivent beaucoup au mercantiliste Barthélémy de Laffemas (vers 1545-1612), responsable du bureau du commerce sous Henri IV (1553-1610). Soucieux de soutenir le dynamisme de l’économie française à l’échelle internationale, Laffemas favorise l’intervention de l’Etat par le biais de la création de manufactures produisant des produits de luxe, notamment dans le domaine textile, afin de rivaliser avec les Flandres et l’Italie.

Naissance des manufactures royales

Les premières manufactures royales de textile naissent donc au début du XVIIe siècle. Elles sont dites « royales » car elles bénéficient d’avantages, dénommés sous l’Ancien Régime « privilèges », octroyés par des « lettres patentes » à des entreprises privées, donc déjà existantes. Aucune manufacture royale française n’a été spécialisée dans la teinture ; pour autant, la plupart des manufactures de draps de laine par exemple, comprenaient la teinture. Le corps des inspecteurs des manufactures royales a d’ailleurs compris des inspecteurs spécifiques pour la teinture. C’est en outre pour réglementer l’activité des manufactures que Colbert fit prendre des textes réglementaires en 1669 puis 1691 qui constituent des ouvrages essentiels encadrant l’activité teinturière.

Lettres patentes du roy, portant création & érection en maîtrise & manufacture des
bas de soye […], [s.l.] : [s.n.], 1742 – BnF, Gallica.

Une manufacture parisienne de tapisserie, située au Louvre, reçoit ainsi un privilège de Henri IV en 1607. En 1662, elle devient manufacture des Gobelins après rachat par la Couronne de l’hôtel éponyme. Les lettres patentes lui conférent un statut royal datent de 1667, officialisant la fondation de la manufacture royale des meubles de la Couronne qui travaillent pour le roi. Quant à la manufacture de la Savonnerie, elle prend ses racines dans un atelier de tapis « façon du Levant et façon de Turquie », installé sous la Grande Galerie du Louvre grâce à un privilège de Louis XIII (1601-1643), avant que la manufacture ne déménage dans une ancienne manufacture de savon près de la colline de Chaillot à Paris. La manufacture devient royale en 1663 sous Colbert.

Le volontarisme de Colbert

Copie d’après Antoine Coysevox, Jean-Baptiste Colbert, XVIIe-XVIIIe siècles, terre cuite, 76,6x65x30 cm ; musée des Beaux-arts de Lyon © Lyon MBA – Photo Alain Basset

Tout au long de sa présence au pouvoir (1661-1683), le contrôleur général des Finances Colbert, qui est aussi surintendant des Bâtiments, arts et manufactures, développe les manufactures royales sur l’ensemble du territoire français. Pour ce qui est du textile, les années 1660 sont riches de nouvelles créations : la manufacture royale de Beauvais en 1664, la Fabrique, Burie et Blancherie Royale de Touttes Toilles de Garches, les manufactures royales d’Alençon, d’Aubusson et des Rames en 1665, les manufactures royales de La Trivalle, Montmartre, des Saptes et de Seignelay en 1666, la Fabrique, burie et blancherie royale de toutes sortes de toiles et la manufacture royale de draps d’Elbeuf en 1667, la manufacture royale des bouracans en 1668. Les manufactures royales soutiennent et développent des activités artisanales depuis longtemps existantes. Des ateliers de lissiers sont par exemple connus à Aubusson et dans sa région dès le XVIe siècle. Le mouvement se poursuit au XVIIIe siècle jusque sous le règne de Louis XVI (1774-1792) : les lettres patentes de la manufacture royale des toiles peintes de Jouy-en-Josas d’Oberkampf datent du 19 juin 1783.

Les grandes régions textiles françaises sont représentées. Ici, le Sud-Est avec les manufactures royales de la Bonde (arrêt du Conseil du Roi du 15 janvier 1718) et de Montolieu (lettres patentes de 1734). Là, la région lyonnaise et ses soyeux avec les manufactures royales du sieur Quinson (arrêt du Conseil du Roi du 11 avril 1720) et de Neuville en Franc-Lyonnois (lettres patentes du 20 août 1782). La Normandie évidemment avec la manufacture royale des Andelys (lettres patentes du 25 juin 1717). Mais également le Nord avec les manufactures royales d’Amiens (lettres patentes d’août 1666), de Saint-Quentin et de Soissons.

Les privilèges des manufactures royales sont abolis par la Révolution : les lois Allarde, Le Chapelier et Goudard de 1791 suppriment les corporations ainsi que toute l’ancienne réglementation manufacturière. Ces lois définissent alors de nouvelles règles du jeu économique, désormais fondées sur deux principes fondamentaux : le respect de la propriété privée et de l’initiative individuelle d’une part, et le droit à la libre entreprise d’autre part.

Pour approfondir le sujet, vous pouvez consulter la liste des manufactures royales, ainsi que les sources et la bibliographie qui ont permis d’établir cette liste.


Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search