Charles-Henri Grosrenaud (1832-1910), un chimiste de manufactures d’indiennes

Échantillons de tissus de la société Loisel Frères, musée industriel de la corderie Vallois, Notre-Dame-de-Bondeville, MICV registre Impressions de Normandie 98.4.289, 1874-1875

Société Loisel frères, Échantillons de tissus, 1874-1875, tissus teints ; Elbeuf, musée Industriel de la corderie Vallois, Notre-Dame-de-Bondeville, registre Impressions de Normandie 98.4.289, 1874-1875.

Qui étaient les teinturiers du XIXe siècle ? Comment se sont-ils formés ? Echangeaient-ils leurs découvertes ? Comment ont-ils opéré le passage des matières colorantes naturelles aux colorants de synthèse ? ce sont autant de questions auxquelles quelques pistes de réponses peuvent être apportées à travers la figure d’un acteur méconnu de l’époque : Charles-Henri Grosrenaud (1832-1910).

Il est issu d’une famille d’ouvriers du secteur de l’impression sur étoffes. Originaire du pays de Montbéliard dans le Doubs, son arrière-grand-père est graveur et s’installe à Mulhouse dans le dernier quart du XVIIIe siècle. Son père, Charles Henry (1804-1884) a déjà progressé dans l’échelle sociale : il est dessinateur, spécialiste des fleurs, chez Dollfus, Mieg & Cie puis chez Steinbach, Koechlin & Cie. Après le chef d’entreprise, dessinateur et coloriste sont les employés les plus importants d’une manufacture d’indiennes.

Devenir chimiste

Charles-Henri Grosrenaud est donc un exemple d’ascension sociale grâce à la maîtrise des matières colorantes appliquées au textile, à une époque charnière où les colorants artificiels et de synthèse viennent compléter la palette du teinturier jusqu’ici composée de colorants naturels. Dans sa jeunesse, il suit les enseignements du collège municipal de Mulhouse, qui dispense un cours de chimie depuis 1822. Entre 1849 et 1851, il travaille dans le laboratoire parisien du chimiste Jean-François Persoz (1805-1868), professeur de chimie à la faculté des sciences de Strasbourg et professeur directeur de l’Ecole de pharmacie de la ville. Grosrenaud parfait ainsi ses connaissances en montant à la capitale. C’est un passage obligé pour les chimistes de l’époque, par exemple pour son ami un peu plus âgé Camille Koechlin (1811-1890), qui fréquente les cours de chimie appliquée à l’industrie du premier titulaire de la chaire de « chimie appliquée aux arts » du Conservatoire des arts et métiers (1819-1839), Nicolas Clément-Desormes.

Tissu avec tampon de la manufacture d’Alphonse Cordier

Manufacture Alphonse Cordier, Tissu avec tampon de la manufacture, s.d., tissu teint ; musée Bourdelle, Paris, fonds Michel Dufet.

La carrière professionnelle de Charles-Henri Grosrenaud commence en Alsace, avant de se poursuivre en Seine-Maritime, soit dans les hauts lieux de l’indiennerie aux XVIIIe et XIXe siècles : chez J.-J. Zurcher & Cie à Cernay et chez Franck & Boeringer à Mulhouse [lien à venir vers la notice de la base], puis chez le manufacturier et homme politique Alphonse Cordier à Bapeaume-lès-Rouen, chez les frères Loisel à Déville-lès-Rouen et, enfin, chez Henri Wallon au Val d’Eauplet. Trois de ces sociétés figurent dans le répertoire des teinturiers 1850-1900 créé par le programme « Colorants et textiles de 1850 à nos jours » de l’INHA. Le passage d’une région à l’autre a peut-être été favorisé par Horace Koechlin (1839-1898), fils de Camille Koechlin et proche de Charles-Henri Grosrenaud.

Des recherches portant sur les colorants naturels et synthétiques

Membre de la Société Industrielle de Mulhouse (SIM), Charles-Henri Grosrenaud est l’un des membres fondateurs de la Société Industrielle de Rouen (SIR). Ces sociétés sont des déclinaisons locales de la Société pour l’encouragement de l’industrie nationale, créée en 1801 sous l’égide de Jean-Antoine Chaptal (1756-1832). En leur sein, les industriels s’informent mutuellement sur leurs innovations dans une logique de progrès de l’industrie.

Les bulletins de ces deux sociétés sont les sources les plus intéressantes pour appréhender les travaux de Charles-Henri Grosrenaud, dont quelques recettes manuscrites subsistent toutefois. Comparativement à d’autres chimistes appartenant aux SIM et SIR -les Koechlin père et fils par exemple, Charles-Henri Grosrenaud rend public un nombre limité de travaux. Au sein du comité de chimie mulhousien, il travaille sur l’action de la soude sur les composés sulfuriques de l’indigo, crée, avec Gustave Schaeffer, le « bleu de Mulhouse » à partir de rouges d’aniline, explore les propriétés de la glycérine, s’intéresse à un mordant, l’acétate de chrome.

Charles-Henri Gros-Renaud, Des mordants en teinture et en impression

Charles-Henri Gros-Renaud, Des mordants en teinture et en impression, Paris, Masson et Cie éditeurs, bibliothèque de la Revue générale des matières colorantes et des industries qui s’y attachent, 1898, p. 177. Source : BnF, 8-V-27627

Il creuse la question des mordants (albumine, naphtylamine, vanadium, uranium) et teste des colorants synthétiques. Les mordants sont l’objet du seul brevet qu’il dépose en 1861, avec un dénommé Vaserres (dossier INPI n°1BB51523 : déposant MM. Grosrenaud/Vaserres, 10 avenue d’Enfer, Seine, mandataire M. Estachy, dépôt n°51523, classe 14). Il publie d’ailleurs son unique ouvrage à ce sujet, Des mordants en teinture et en impression (1898) à partir d’articles parus dans la Revue générale des matières colorantes et des industries qui s’y rattachent créée en 1897, dont le directeur technique est Horace Koechlin. Le traité de Charles-Henri Grosrenaud décline dix-sept types de mordants, proposant des recettes dont certaines sont données à voir grâce à des échantillons. Sont largement représentés les mordants à base de métaux, qui assurent la fixation et la révélation de la couleur. Le contenu de cet ouvrage vient renforcer le constat, déjà établi, que Charles-Henri Grosrenaud s’intéresse autant aux colorants naturels (cochenille, garance, fleur de garance, indigo, nerprun, bois de Lima, bois de Campêche, quercitron…) qu’aux colorants synthétiques (alizarine, couleurs d’aniline, couleurs d’alizarine, flavine, Naphtine S, bleu de méthylène, violet VE, violet de Paris, céruléine, fuchsine, gallocyanine, purpurine, jaune résorsylique, nitroso-ß-naphtol, nitroso-résorcine, ponceau, rouge paranitraniline, rhodamine…) alors que sa publication a lieu à la toute fin du XIXe siècle.

 

Ce portrait a été dressé dans le cadre d’un mémoire de Master 1 de l’Ecole du Louvre (sous la responsabilité de madame Cécile Champy-Vinas), en lien avec le musée Bourdelle de la Ville de Paris.

L’autrice remercie le musée de l’Impression sur étoffes de Mulhouse, le musée Industriel de la corderie Vallois, Notre-Dame-de-Bondeville (Réunion des Musées Métropolitains Rouen Normandie) et le musée du Papier peint de Rixheim, ainsi qu’Alain Alexandre et Philippe Ruc, pour la transmission d’images et d’informations utiles à la réalisation de la recherche ayant donné lieu à cet article.

Quelques-unes des sources

Bulletins de la Société industrielle de Mulhouse (disponibles sur Gallica)

Bulletins de la Société industrielle de Rouen (disponibles sur Gallica)

Bulletins de la Société libre d’émulation du commerce et de l’industrie de la Seine-Inférieure

Le Journal de Rouen (disponible sur le site des Archives départementales de Seine-Maritime)

Joseph Dépierre, Cernay, son passé, son présent, Cernay, A. Kohler Imprimeur-Éditeur, 1907.


Charles-Henri Gros-Renaud, Nouvelle fabrication des bleus solides au moyen des hydrosulfites Mémoire présenté à la Société industrielle de Rouen, Rouen, imprimerie Léon Deshays, 1874.

Charles-Henri Gros-Renaud, Des mordants en teinture et en impression, Paris, Masson et Cie éditeurs, bibliothèque de la Revue générale des matières colorantes et des industries qui s’y attachent, 1898.

Emilio Noelting, Histoire de l’école de chimie de Mulhouse publiée à l’occasion du 25e anniversaire d’enseignement 1880-1905, Strasbourg, Imprimerie alsacienne, 1905.

Revue des matières colorantes et des industries qui s’y rattachent, « Présentation », première année, n°1, tome 1, 1er avril 1897.

Bibliographie abrégée

Alain Alexandre et Michel Croguennec, Histoires d’usines 180 ans de vie industrielle dans l’agglomération rouennaise, Nolléval, Éditions L’Écho des vagues, 2013.

Daniel Blouin et Gérard Emptoz, « La Société d’encouragement pour l’industrie nationale et le Conservatoire des arts et métiers (1801-1811) » dans Artefact, 10, 2019, p. 75-95. Disponible sur http://journals.openedition.org/artefact/3933 (consulté le 2 mai 2021).

Gérard Emptoz, « Ingénieurs et techniciens pour les industries de la chimie au XIXe siècle : un aperçu des formations », L’industrie chimique en question : actes des deuxièmes journées d’histoire industrielle, sous la dir. de Pierre Lamard et Nicolas Stoskopf, Paris, Picard, 2010, p. 15-27.

Florence Ott, La Société Industrielle de Mulhouse 1826-1876 Ses membres, son action, ses réseaux, Strasbourg, Presses Universitaires de Strasbourg, 1999.

 



Citer ce billet
Gaël Sutter (2022, 24 novembre). Charles-Henri Grosrenaud (1832-1910), un chimiste de manufactures d’indiennes. Colorants et textiles au fil du temps. Consulté le 20 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/n0pn

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search